Avatar

Michel Gauquelin et la planete Mars (mathilda ( public ))

par mathilda, lundi 09 avril 2018, 03:01 (il y a 101 jours)

Michel Gauquelin et Science & Vie ont demandé au Comité Français pour l’Étude des Phénomènes Paranormaux de prendre en charge une nouvelle expérimentation.

Un protocole expérimental a été élaboré en 1982. Un nouvel échantillon de 1066 sportifs français a été constitué. L'expérience qui prévoyait au départ l’établissement d’un échantillon témoin de 10 000 personnes a été modifiée et la comparaison s’est établie sur la constitution d’un échantillon de comparaison généré de manière aléatoire.

Michel Gauquelin, qui a suivi la progression de l’étude, avait suggéré des additions et des retraits de noms dans l’échantillon des sportifs dans le but notamment de recentrer l’étude sur des grands champions et de retirer les sportifs ayant eu une faible renommée ou des résultats moyens. Ses propositions, qui reprenaient les intentions du protocole de l'expérience qui stipulait que « les champions sélectionnés devait être éminemment réputés », ont été considérées comme non justifiées et rejetées par le CFEPP.

Finalement, la comparaison des deux échantillons conclut à un écart statistique non significatif. Selon Gauquelin, les résultats statistiques obtenus ne valent que pour l'élite d'une profession, ils sont de moins en moins confirmés à mesure que l'on passe à des carrières moyennes. De même, les accouchements provoqués compromettent-ils sensiblement les correspondances entre le né et son ciel.

Si cette dernière vérification des travaux de Michel Gauquelin a convaincu une large part de la communauté scientifique de l'inexistence de l’effet Mars, les objections du CFEPP aux suggestions de Michel Gauquelin sur la constitution de l’échantillon des sportifs n'a pas convaincu les partisans de la thèse de ce dernier.
Michel Gauquelin s'est suicidé le 20 mai 1991.

Aujourd'hui les thèses de Michel Gauquelin ont connu outre-atlantique un retentissement bien plus grand qu’en France. Ces travaux, initiateurs d’une nouvelle approche scientifique de l’astrologie, sont repris par des suiveurs parmi lesquels on compte, bien sûr, sa première femme, Françoise Schneider-Gauquelin, André Barbault, ainsi que d’autres émules tels que Hervé Delboy, Didier Castille ou Suitbert Ertel, professeur à l'Université de Göttingen, qui s'est désolidarisé de la conclusion du CFEPP et poursuit la thèse des Gauquelin en proposant de prendre en compte une hiérarchie dans la valeur des différents sportifs pour qualifier des résultats significatifs.


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum