Complotistes: La parole des hurluberlus. (Forum)

par Blake, mercredi 14 octobre 2020, 23:03 (il y a 13 jours)

La crise du coronavirus a favorisé la diffusion de propos complotistes. Plusieurs énergumènes ont récemment pris la parole depuis Genève. En parallèle, des rédactions se meurent. Il ne faut pas laisser des théories qui minent notre vie en société occuper tout l’espace discursif.

Nous avons toujours pensé qu’il valait mieux qu’un journal comme le nôtre ne parle pas des complotistes, afin de ne pas les légitimer. Nous abordons pourtant le sujet en vous présentant des personnages qui enflamment les réseaux numériques. Ceux sur lesquels nous nous sommes concentrés ne sont que la manifestation la plus récente d’une contestation, à laquelle les crises successives qui font notre époque offrent une caisse de résonance inespérée. Par un malencontreux hasard, ces derniers énergumènes sont tous basés à Genève, territoire qui s’était plutôt fait connaître sur la planète par la qualité de sa recherche scientifique, couronnée par un récent Prix Nobel.

Tenus dans l’oubli
Avec cette publication, nous brisons donc la règle que nous nous étions nous-mêmes fixée. Pourquoi? C’est que l’évitement dont ces exaltés font l’objet de la part des organes de presse traditionnels est précisément devenu un élément de leur stratégie. L’oubli dans lequel ils sont tenus serait la preuve même qu’ils ont raison. Dans leur discours, les médias sont la doxa: un continuum d’opinions molles, officielles et non contradictoires. De plus, les réseaux numériques font qu’ils n’ont plus besoin de canaux classiques pour se faire entendre. Nous avons donc décidé de porter sur ce phénomène le même regard critique que nous portons sur les autres faits de société. La récente multiplication des rubriques de vérification de ce qui circule sur internet montre d’ailleurs que les rédactions savent qu’elles sont armées pour contrer cette propagande.

Évoquer ces éclats en ce moment n’est pas innocent. Lundi, le Conseil des États a approuvé une aide d’urgence aux médias privés. Cette décision n’est pas uniquement une tentative de sauvetage d’un secteur économique en péril. Elle est la prise en compte du rôle éminent que les journalistes jouent dans cette période où les incertitudes ont parfois pris le pas sur ce que notre démocratie tenait pour acquis. N’en déplaise à nos complotistes, durant cette crise inédite, en Suisse, le débat contradictoire entre experts, élus et citoyens a bien eu lieu, grâce aux médias.

Un objet précieux
Mercredi, on apprenait qu’une rédaction devait fermer ses portes, victime de l’assèchement économique provoqué par le confinement. Le Régional racontait la vie des communes de la Riviera et du Chablais depuis vingt-cinq ans. Ses lecteurs ont perdu un objet précieux qui les reliait entre eux. Sans la mobilisation des pouvoirs publics et des citoyens, d’autres titres vont disparaître. La parole des hurluberlus occuperait alors tout l’espace et pourrait développer sans contrainte des discours qui minent notre civilisation.

https://www.letemps.ch/opinions/parole-hurluberlus

[image]


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum