Avatar

Regard sur les maladies (Clafoutie ( public ))

par Dédé ⌂ @, jeudi 23 novembre 2017, 02:03 (il y a 25 jours) @ Clafoutie

J'aimerais bien savoir ce que tu en penses et qu'est-ce qui t'a amené à partager cette science neurologique. Si tu as le temps, évidemment. :)Dédé

A ce jour Dédé j'épouse intégralement les dires de ce neurologue et du psychiatre ayant pourtant tous les deux des approches totalement différentes, suite à ma pratique professionnelle en libéral et en clinique .
Je n'ai rien à réfuter sur leur enseignement éclairant à tous deux, si ce n'est à me nourrir et continuer à développer à ma sauce cet entendement et chercher de nouvelles pistes.
Je suppute d'autres approches et facettes quant à la compréhension des maladies qui ne nous sont pas encore totalement révélées,
dont celle à propos des mémoires liées à nos généalogies et
celle à propos de l'anatomie explicite et développée du corps éthérique,
dont j'espère la révélation bien proche.
Nous n'en sommes probablement qu'au débroussaillage quant au décodage et reformatage de l'inconscient ....
En raccourci, tout ce qui peut amener un soulagement ou une guérison de la douleur et détresse d'autrui configure mon quotidien.

___________________

Mon expérience en ce qui à trait la douleur, m'a amené à voir autre chose en ce qui concerne la médecine traditionnelle. Pourquoi cet entêtement de ma part, à vouloir prouver au neurochirurgien qui a procédé aux 2 neurochirurgies ( 1ère la discoectomie et la 2ième une laminectomie ) qu'il a erré dans ses assertions tout en stipulant que je ne marcherais plus et qu'éventuellement je me retrouverais en fauteuil roulant. Dès ces assertions, il y a eu un déclic qui s'est fait, comme un loup pris au piège et qui trouve le moyen de s'en sortir, quitte à manger sa patte qui était prise. Je me suis dit que ce n'est pas ça qui va m'arrêter de vivre et au fil du temps, j'ai quand même pu m'impliquer socialement pendant plusieurs années avant de me retrouver comme je le suis actuellement, physiquement parlant.

Je ne marchais plus droit, mais je marche, du moins une très bonne période de mon parcours cheminemental. Le doc n'en croyait pas ses yeux car physiologiquement selon cette lésion, je circulerais avec un fauteuil et un sac urinaire attaché dessus. J'ai eu une période ( à peine 3 mois ) où j'ai du utiliser un cathéter pour vider ma vessie et porter des serviettes à cause de fuite ( du à la vessie neurogène ) et encore là, le déclic s'est fait en refusant mentalement que cela se produise tout en perdurant. Comme par magie, tout est entré dans l'ordre en faisant attention à mon alimentation et utiliser des aliments et les herbes qui me donnaient suffisamment les effets diurétiques pour une meilleure performance physiologique à mon système urinaire.

Je suis atteint à ce qui est nommé le syndrome de la douleur chronique et une fois le mois vers le dernier croissant lunaire, je suis aux prises avec les névralgies sciatiques subséquentes. Il n'y a aucun médicament efficace qui existe pour soulager la douleur récurrente, même pas les produits à base de cannabinol ( molécules du THC de cette plante de cannabis ). Par contre, une pipée de cannabis agit en calmant, assez pour t'amortir afin d'arriver à relaxer malgré la douleur intense. Plus la nervosité se fait sentir, plus la douleur est insupportable. Ça je l'ai appris. Donc je n'ai pas attendu après les lois sur la consommation du cannabis pour consommer sans pour autant exagérer à la posologie que j'ai statué pour éliminer l'accoutumance physiologique du produit.

Par contre, j'ai étudié les postures afin de minimiser l'éveil de la douleur, ce qui m'a beaucoup aidé en acceptant que je ne peux plus faire certaines choses. Dès mes jambes s'engourdissent car je suis trop longtemps debout, je m'allonge à plat sur le dos en ayant les jambes surélevées, un bon 30 minutes tout en écoutant la musique pour me détendre.

Évidemment, la lésion a évolué puisque je vieillis. Je fais en sorte de ne pas y attacher de l'importance hormis de faire attention à ne pas dépasser mes capacités. Le seul comprimé que je prends est le Tamadrol ( un opioïde avec acétaminophène ) que j'utilise uniquement pour le coucher car il agit efficacement contre les spasmes durant le sommeil. Je suis sensé en prendre 2 aux 6 heures mais moi j'ai décidé de l'utiliser uniquement pour le sommeil. Ainsi, j'évite aussi l'accoutumance physiologique et la surdose.

Avoir écouter les recommandations des médecins, je suis certain que je n'en serais pas rendu là actuellement et je n'ose imaginer ce qui se produit sur d'autres gens qui ont subit la même lésion que moi. En fait, je me suis rapproché de mon corps en l'écoutant et c'est certainement ça qui m'a aidé à pouvoir encore marcher même si ce n'est pas dans une très longue distance. Je demeure fonctionnel malgré tout même avec des capacités restreintes.

Évidemment, je ne travaille plus depuis cette lésion professionnelle et que maintenant, mon implication sociale se fait uniquement par internet. On me dit que j'ai un moral d'acier que je transmets du mieux que je peux afin de réconforter ceux et celles qui en ont le besoin. Ça ne m'empêche pas de vivre heureux, de prendre la vie du bon côté et surtout reconsidérer mes priorités tout en préservant mon caractère ludique tout en montrant une assurance de soi en tout moment.

Alors oui, l'autoguérison existe car nous avons des capacités pour le faire puisque le cerveau est là, il faut le puiser. :D

Dédé

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum