Avatar

La Russie: Out! (Blake ( public ))

par Dédé ⌂ @, mardi 05 décembre 2017, 18:39 (il y a 9 jours) @ Blake

Dopage : le CIO suspend la Russie, pas ses athlètes

Le CIO a suspendu le comité olympique russe pour la triche organisée aux JO de Sotchi 2014. Mais des Russes triés sur le volet pourront concourrir à Pyeongchang sous drapeau neutre.
LE MONDE | 05.12.2017 à 19h46 • Mis à jour le 05.12.2017 à 19h56 | Par Clément Guillou
Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter Partager (110) Tweeter

Maître dans l’art de ménager des intérêts en apparence contradictoires, le Comité international olympique a été conforme à sa réputation en annonçant, mardi 5 décembre, la suspension du Comité olympique russe, tout en autorisant certains de ses athlètes à disputer sous une bannière neutre les prochains Jeux d’hiver de Pyeongchang, du 9 au 26 février 2018.

La Russie a par ailleurs été sanctionnée d’une amende d’un montant de 15 millions de dollars, qui remboursera les frais engagés par le CIO et financera la futur Autorité indépendante de contrôle. Elle paye ainsi le dopage organisé avant et pendant les Jeux olympiques de Londres 2012 et Sotchi 2014 et l’implication de son appareil d’Etat.
L’interrogation réside désormais dans la réaction du président russe Vladimir Poutine, qui avait décrit cette hypothèse comme une « humiliation pour la Russie » et dénoncé un complot occidental pour nuire à sa probable réélection en mars 2018. Lundi, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a assuré que Moscou n’envisageait pas de boycotter les prochains Jeux.
Le CIO a délégué la sélection des athlètes russes à un panel de quatre personnalités dirigé par l’ancienne ministre française des sports Valérie Fourneyron, présidente de la nouvelle Autorité indépendante de contrôle. Les athlètes devront avoir suivi un programme de contrôles antidopage rigoureux à l’approche des Jeux, mais les participants aux JO de Sotchi n’en sont pas exclus, pour autant qu’ils n’aient pas été déjà suspendus pour dopage.
D’autres sanctions concernent les dirigeants russes, notamment le ministre des sports de l’époque, Vitali Moutko et son adjoint Iouri Nagornykh, exclus à vie des Jeux olympiques. Le président du Comité olympique russe Alexander Joukov est suspendu du CIO.
Coup de tonnerre

La suspension de la Russie est un coup de tonnerre dans le monde du sport : puissance traditionnelle des sports d’hiver, elle est aussi le pays considéré comme le plus influent aujourd’hui dans les cercles olympiques. L’annonce de sa suspension fera beaucoup de malheureux à Lausanne, refuge du CIO et de nombreuses fédérations internationales : beaucoup organisent ces dernières années de grands championnats en Russie et sont alimentées par des sponsors russes, conséquence de la politique de « soft power » pratiquée par Vladimir Poutine. Le président russe est aussi l’un des chefs d’Etat réputés les plus proches de Thomas Bach, qu’il avait prestement félicité après son élection au sommet de l’olympisme en 2013.
Après avoir fui ses responsabilités à l’orée des Jeux olympiques de Rio 2016, lorsqu’il était en possession d’informations similaires mais qu’il n’avait pu recouper, le CIO n’avait pourtant d’autre choix que de sanctionner l’instance faîtière du sport russe.
Une commission d’enquête dirigée par l’ancien président de la Confédération helvétique, Samuel Schmid, a établi que la Russie avait bel et bien mis en place un système de dopage d’Etat culminant avec la manipulation des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014. Certains sportifs russes étaient alors protégés des contrôles antidopage, leurs échantillons étant soit troublés, soit échangés contre d’autres contenant une urine propre. « Nous n’avons jamais vu une telle manipulation et une telle tricherie, ce qui n’a pas manqué de causer un tort considérable à l’olympisme et au sport », a d’ailleurs réagi Samuel Schmid après la décision du CIO.
Ce système, mené par les services secrets russes (FSB), avait prospéré à l’instigation du ministre des sports de l’époque, Vitali Moutko – depuis promu vice-premier ministre – et du directeur du laboratoire antidopage de Moscou, Grigori Rodchenkov, réfugié aux Etats-Unis dans un programme de protection des témoins.

_____________

La KHL ( ligue Nationale Russe du Hockey ) pourrait interdire tout joueur de la ligue à participer au hockey olympique comme moyen de boycotte. Ce qui vient se dire à TVA Sport voilà 2 minutes.

Il se pourrait que d'autres pays puissent faire du boycottage olympique ( la plupart des pays slaves ).

Touka, c'est mal parti ! :D

Ça va brasser de la marde comme on dit.

:D

_____________

Ça va sentir en tabarnac ! :mdr:

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum