Avatar

Action collective pour les accrocs aux opioïdes (Forum)

par Dédé ⌂ @, vendredi 24 mai 2019, 21:58 (il y a 27 jours)

Source : Action collective pour les accros aux opioïdes

Une demande d’action collective a été déposée contre 27 compagnies pharmaceutiques au nom de milliers de patients devenus accros aux opioïdes après avoir consommé des médicaments prescrits par leur médecin.

« Tout comme le reste du Canada, le Québec fait face à une sérieuse crise des opioïdes », peut-on lire dans le document d’une cinquantaine de pages déposé vendredi en Cour supérieure.

La requête exige que les compagnies visées versent 30 000 $ en dommages et intérêts compensatoires à chacun des membres de l’action collective.

Les avocats demandent également que les compagnies pharmaceutiques soient condamnées à payer chacune 25 millions $ en dommages punitifs qui seraient distribués entre chaque membre du groupe.

Sept ans de dépendance

La patiente à l’origine de la procédure judiciaire préfère demeurer anonyme. Elle estime avoir surmonté beaucoup d’épreuves pour combattre sa dépendance aux opioïdes et ne souhaite pas qu’on lui colle l’étiquette de toxicomane à la peau.

Lire la suite à la source
____________

J'ai une prescription médicale d'opioïde, du Jamp Tramadol acet 325mg dont la teneur d'opioïde est à 5mg. C'est l'acétaminophène qui est en forte majorité à ce médicament. Ce n'est pas à ce qui est le plus élevé comme dose mais il en demeure pas moins que ça fait maintenant une année entière que j'en prends. Ma posologie ; 2 comprimés 4 fois par jour aux 6 heures, maximum de 8 comprimés par jour. Ces comprimés ne sont pas couvert par le régime RMQ pour l'assurance-médicament. Mon dealer fait beaucoup d'argent ! :D

Blagues à part, vu que cette prescription est pour diluer la douleur chronique due à ma lésion, elle m'est remboursée par la CNESST. Toutefois, j'en prends uniquement si le cannabis n'agit pas à atténuer la douleur et que celle-ci est insupportable. J'en prends quotidiennement une heure avant une nuit de sommeil, l'acétaminophène agit à diminuer les spasmes musculaires.

Évidemment puisque j'ai reçu des cours en toxicomanie pour devenir intervenant, je sais fort bien que le risque de l'accroc est fort élevé par l'accoutumance physiologique mais je n'en prends pas assez pour justement éviter l'accoutumance. Pour l'instant, il n'y a pas d'alerte psychologique dans mon cas malgré que je n'ai pas une vie extra rose, disons. Je sais par contre qu'il serait facile d'en finir avec la vie en absorbant le flacon complètement. Bien souvent et j'imagine, la plupart des risques ou du danger, c'est la prise exagérée puisqu'il y a réellement un soulagement de la douleur. Il est facile de sentir dépourvu et vouloir coûte que coûte soulager celle-ci en prenant ce médicament sans posologie établie.

L'article que je trouve bien pour les gens à cette action collective, devrait être une alarme afin de sensibiliser les médecins sur l'accoutumance de cet analgésique. Il y a trop de décès relier aux opioïdes parce que ce n'est pas donner à tout le monde d'avoir une tolérance parfaite à la douleur physique. La douleur physique est un poison pour le cerveau !

Dédé

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Action collective pour les accrocs aux opioïdes

par Blake, vendredi 24 mai 2019, 22:53 (il y a 27 jours) @ Dédé

Source : Action collective pour les accros aux opioïdes

Une demande d’action collective a été déposée contre 27 compagnies pharmaceutiques au nom de milliers de patients devenus accros aux opioïdes après avoir consommé des médicaments prescrits par leur médecin.

« Tout comme le reste du Canada, le Québec fait face à une sérieuse crise des opioïdes », peut-on lire dans le document d’une cinquantaine de pages déposé vendredi en Cour supérieure.

La requête exige que les compagnies visées versent 30 000 $ en dommages et intérêts compensatoires à chacun des membres de l’action collective.

Les avocats demandent également que les compagnies pharmaceutiques soient condamnées à payer chacune 25 millions $ en dommages punitifs qui seraient distribués entre chaque membre du groupe.

Sept ans de dépendance

La patiente à l’origine de la procédure judiciaire préfère demeurer anonyme. Elle estime avoir surmonté beaucoup d’épreuves pour combattre sa dépendance aux opioïdes et ne souhaite pas qu’on lui colle l’étiquette de toxicomane à la peau.

Lire la suite à la source
____________

J'ai une prescription médicale d'opioïde, du Jamp Tramadol acet 325mg dont la teneur d'opioïde est à 5mg. C'est l'acétaminophène qui est en forte majorité à ce médicament. Ce n'est pas à ce qui est le plus élevé comme dose mais il en demeure pas moins que ça fait maintenant une année entière que j'en prends. Ma posologie ; 2 comprimés 4 fois par jour aux 6 heures, maximum de 8 comprimés par jour. Ces comprimés ne sont pas couvert par le régime RMQ pour l'assurance-médicament. Mon dealer fait beaucoup d'argent ! :D

Blagues à part, vu que cette prescription est pour diluer la douleur chronique due à ma lésion, elle m'est remboursée par la CNESST. Toutefois, j'en prends uniquement si le cannabis n'agit pas à atténuer la douleur et que celle-ci est insupportable. J'en prends quotidiennement une heure avant une nuit de sommeil, l'acétaminophène agit à diminuer les spasmes musculaires.

Évidemment puisque j'ai reçu des cours en toxicomanie pour devenir intervenant, je sais fort bien que le risque de l'accroc est fort élevé par l'accoutumance physiologique mais je n'en prends pas assez pour justement éviter l'accoutumance. Pour l'instant, il n'y a pas d'alerte psychologique dans mon cas malgré que je n'ai pas une vie extra rose, disons. Je sais par contre qu'il serait facile d'en finir avec la vie en absorbant le flacon complètement. Bien souvent et j'imagine, la plupart des risques ou du danger, c'est la prise exagérée puisqu'il y a réellement un soulagement de la douleur. Il est facile de sentir dépourvu et vouloir coûte que coûte soulager celle-ci en prenant ce médicament sans posologie établie.

L'article que je trouve bien pour les gens à cette action collective, devrait être une alarme afin de sensibiliser les médecins sur l'accoutumance de cet analgésique. Il y a trop de décès relier aux opioïdes parce que ce n'est pas donner à tout le monde d'avoir une tolérance parfaite à la douleur physique. La douleur physique est un poison pour le cerveau !

Dédé


La douleur physique tue aussi à petit feu et même pire. Parfois, je me dis, qu'il est peut-être préférable de prendre une chance avec des medocs anti-douleurs très puissants plutôt que vivre avec tous les fléaux qu'apportent la douleur.

:mouin:

Avatar

Action collective pour les accrocs aux opioïdes

par Dédé ⌂ @, vendredi 24 mai 2019, 23:30 (il y a 27 jours) @ Blake

Source : Action collective pour les accros aux opioïdes

Une demande d’action collective a été déposée contre 27 compagnies pharmaceutiques au nom de milliers de patients devenus accros aux opioïdes après avoir consommé des médicaments prescrits par leur médecin.

« Tout comme le reste du Canada, le Québec fait face à une sérieuse crise des opioïdes », peut-on lire dans le document d’une cinquantaine de pages déposé vendredi en Cour supérieure.

La requête exige que les compagnies visées versent 30 000 $ en dommages et intérêts compensatoires à chacun des membres de l’action collective.

Les avocats demandent également que les compagnies pharmaceutiques soient condamnées à payer chacune 25 millions $ en dommages punitifs qui seraient distribués entre chaque membre du groupe.

Sept ans de dépendance

La patiente à l’origine de la procédure judiciaire préfère demeurer anonyme. Elle estime avoir surmonté beaucoup d’épreuves pour combattre sa dépendance aux opioïdes et ne souhaite pas qu’on lui colle l’étiquette de toxicomane à la peau.

Lire la suite à la source
____________

J'ai une prescription médicale d'opioïde, du Jamp Tramadol acet 325mg dont la teneur d'opioïde est à 5mg. C'est l'acétaminophène qui est en forte majorité à ce médicament. Ce n'est pas à ce qui est le plus élevé comme dose mais il en demeure pas moins que ça fait maintenant une année entière que j'en prends. Ma posologie ; 2 comprimés 4 fois par jour aux 6 heures, maximum de 8 comprimés par jour. Ces comprimés ne sont pas couvert par le régime RMQ pour l'assurance-médicament. Mon dealer fait beaucoup d'argent ! :D

Blagues à part, vu que cette prescription est pour diluer la douleur chronique due à ma lésion, elle m'est remboursée par la CNESST. Toutefois, j'en prends uniquement si le cannabis n'agit pas à atténuer la douleur et que celle-ci est insupportable. J'en prends quotidiennement une heure avant une nuit de sommeil, l'acétaminophène agit à diminuer les spasmes musculaires.

Évidemment puisque j'ai reçu des cours en toxicomanie pour devenir intervenant, je sais fort bien que le risque de l'accroc est fort élevé par l'accoutumance physiologique mais je n'en prends pas assez pour justement éviter l'accoutumance. Pour l'instant, il n'y a pas d'alerte psychologique dans mon cas malgré que je n'ai pas une vie extra rose, disons. Je sais par contre qu'il serait facile d'en finir avec la vie en absorbant le flacon complètement. Bien souvent et j'imagine, la plupart des risques ou du danger, c'est la prise exagérée puisqu'il y a réellement un soulagement de la douleur. Il est facile de sentir dépourvu et vouloir coûte que coûte soulager celle-ci en prenant ce médicament sans posologie établie.

L'article que je trouve bien pour les gens à cette action collective, devrait être une alarme afin de sensibiliser les médecins sur l'accoutumance de cet analgésique. Il y a trop de décès relier aux opioïdes parce que ce n'est pas donner à tout le monde d'avoir une tolérance parfaite à la douleur physique. La douleur physique est un poison pour le cerveau !

Dédé

La douleur physique tue aussi à petit feu et même pire. Parfois, je me dis, qu'il est peut-être préférable de prendre une chance avec des medocs anti-douleurs très puissants plutôt que vivre avec tous les fléaux qu'apportent la douleur.

:mouin:

___________

En pharmacologie, tous les analgésiques répondent au barème de la tolérance physiologique dans sa plus faible réaction. Une personne qui n'est pas habitué de prendre une Tynénol avec codéine, va en prendre une première fois et sentira immédiatement le soulagement. Tandis que pour les habitué.es, c'est vraiment insignifiant comme soulagement, même avec une prise plus élevée que la posologie prescrite.

Personnellement, depuis le début de ma lésion professionnelle, soit depuis 1994, la douleur physique est omniprésente et varie selon la variation atmosphérique extérieure, avec une échelle d'endurance assez rigide par accoutumance à la douleur. Si exemple la tolérance à une douleur entre 1 et 10, 10 étant le top de la tolérance, se situe à 5/10 sur une douleur de 10/10, je ne prends aucun analgésique. En-bas de 5/10 de tolérance, je consomme le cannabis par micro-dose dans une pipe. Pour moi, c'est suffisant pour amortir la souffrance physique.

Par contre, je sais très bien qu'il y a des gens qui ont 0 tolérance à la douleur physique et l'opioïde devient un danger pour leur santé car le cerveau à 0 tolérance, ne répond plus sainement et la cohésion avec le quotidien s'évapore. Il est là le danger de surconsommer.

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Action collective pour les accrocs aux opioïdes

par Blake, vendredi 24 mai 2019, 23:56 (il y a 27 jours) @ Dédé

Source : Action collective pour les accros aux opioïdes

Une demande d’action collective a été déposée contre 27 compagnies pharmaceutiques au nom de milliers de patients devenus accros aux opioïdes après avoir consommé des médicaments prescrits par leur médecin.

« Tout comme le reste du Canada, le Québec fait face à une sérieuse crise des opioïdes », peut-on lire dans le document d’une cinquantaine de pages déposé vendredi en Cour supérieure.

La requête exige que les compagnies visées versent 30 000 $ en dommages et intérêts compensatoires à chacun des membres de l’action collective.

Les avocats demandent également que les compagnies pharmaceutiques soient condamnées à payer chacune 25 millions $ en dommages punitifs qui seraient distribués entre chaque membre du groupe.

Sept ans de dépendance

La patiente à l’origine de la procédure judiciaire préfère demeurer anonyme. Elle estime avoir surmonté beaucoup d’épreuves pour combattre sa dépendance aux opioïdes et ne souhaite pas qu’on lui colle l’étiquette de toxicomane à la peau.

Lire la suite à la source
____________

J'ai une prescription médicale d'opioïde, du Jamp Tramadol acet 325mg dont la teneur d'opioïde est à 5mg. C'est l'acétaminophène qui est en forte majorité à ce médicament. Ce n'est pas à ce qui est le plus élevé comme dose mais il en demeure pas moins que ça fait maintenant une année entière que j'en prends. Ma posologie ; 2 comprimés 4 fois par jour aux 6 heures, maximum de 8 comprimés par jour. Ces comprimés ne sont pas couvert par le régime RMQ pour l'assurance-médicament. Mon dealer fait beaucoup d'argent ! :D

Blagues à part, vu que cette prescription est pour diluer la douleur chronique due à ma lésion, elle m'est remboursée par la CNESST. Toutefois, j'en prends uniquement si le cannabis n'agit pas à atténuer la douleur et que celle-ci est insupportable. J'en prends quotidiennement une heure avant une nuit de sommeil, l'acétaminophène agit à diminuer les spasmes musculaires.

Évidemment puisque j'ai reçu des cours en toxicomanie pour devenir intervenant, je sais fort bien que le risque de l'accroc est fort élevé par l'accoutumance physiologique mais je n'en prends pas assez pour justement éviter l'accoutumance. Pour l'instant, il n'y a pas d'alerte psychologique dans mon cas malgré que je n'ai pas une vie extra rose, disons. Je sais par contre qu'il serait facile d'en finir avec la vie en absorbant le flacon complètement. Bien souvent et j'imagine, la plupart des risques ou du danger, c'est la prise exagérée puisqu'il y a réellement un soulagement de la douleur. Il est facile de sentir dépourvu et vouloir coûte que coûte soulager celle-ci en prenant ce médicament sans posologie établie.

L'article que je trouve bien pour les gens à cette action collective, devrait être une alarme afin de sensibiliser les médecins sur l'accoutumance de cet analgésique. Il y a trop de décès relier aux opioïdes parce que ce n'est pas donner à tout le monde d'avoir une tolérance parfaite à la douleur physique. La douleur physique est un poison pour le cerveau !

Dédé

La douleur physique tue aussi à petit feu et même pire. Parfois, je me dis, qu'il est peut-être préférable de prendre une chance avec des medocs anti-douleurs très puissants plutôt que vivre avec tous les fléaux qu'apportent la douleur.

:mouin:

___________

En pharmacologie, tous les analgésiques répondent au barème de la tolérance physiologique dans sa plus faible réaction. Une personne qui n'est pas habitué de prendre une Tynénol avec codéine, va en prendre une première fois et sentira immédiatement le soulagement. Tandis que pour les habitué.es, c'est vraiment insignifiant comme soulagement, même avec une prise plus élevée que la posologie prescrite.

Personnellement, depuis le début de ma lésion professionnelle, soit depuis 1994, la douleur physique est omniprésente et varie selon la variation atmosphérique extérieure, avec une échelle d'endurance assez rigide par accoutumance à la douleur. Si exemple la tolérance à une douleur entre 1 et 10, 10 étant le top de la tolérance, se situe à 5/10 sur une douleur de 10/10, je ne prends aucun analgésique. En-bas de 5/10 de tolérance, je consomme le cannabis par micro-dose dans une pipe. Pour moi, c'est suffisant pour amortir la souffrance physique.

Par contre, je sais très bien qu'il y a des gens qui ont 0 tolérance à la douleur physique et l'opioïde devient un danger pour leur santé car le cerveau à 0 tolérance, ne répond plus sainement et la cohésion avec le quotidien s'évapore. Il est là le danger de surconsommer.


En effet, je ne suis pas un grand connaisseur des anti-douleurs mais il semble que le corps s'habitue à la substance et il faut en prendre de plus en plus. Mais ça ne semble pas être le cas pour tout le monde car je connais quelqu'un qui du dilaudid (Est-ce bien le bon nom?) depuis des années et il ne semble pas avoir augmenté la dose du début ou peu. Évidemment, il est dépendant à ça mais ça lui permet de fonctionner normalement, ce qu'il ne pourrait faire sans le médoc.

Avatar

Action collective pour les accrocs aux opioïdes

par Dédé ⌂ @, samedi 25 mai 2019, 00:12 (il y a 27 jours) @ Blake

En effet, je ne suis pas un grand connaisseur des anti-douleurs mais il semble que le corps s'habitue à la substance et il faut en prendre de plus en plus. Mais ça ne semble pas être le cas pour tout le monde car je connais quelqu'un qui du dilaudid (Est-ce bien le bon nom?) depuis des années et il ne semble pas avoir augmenté la dose du début ou peu. Évidemment, il est dépendant à ça mais ça lui permet de fonctionner normalement, ce qu'il ne pourrait faire sans le médoc.

____________

Tant qu'il n'y a aucune surconsommation, c'est parfait parce que ce n'est pas mieux de vivre avec la douleur. Le dilaudid est un narcotique plus qu'un analgésique, et c'est opioïde puissant ( un hydromorphone et c'est un dérivé semi-synthétique de la morphine ). Néanmoins, en-bas de 5mg par posologie, le danger est moindre et agit efficacement, en autant que c'est suivi et que la posologie ne dépasse pas le 5mg. Normalement, ce médicament est prescrit après une intervention chirurgicale, pour mieux faire dormir le patient fraîchement sorti de la salle d'op. J'en ai eu pour 2 mois et après une semaine, j'ai cessé la prise parce que le sevrage est très difficile à faire.

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Action collective pour les accrocs aux opioïdes

par Blake, samedi 25 mai 2019, 00:20 (il y a 27 jours) @ Dédé

En effet, je ne suis pas un grand connaisseur des anti-douleurs mais il semble que le corps s'habitue à la substance et il faut en prendre de plus en plus. Mais ça ne semble pas être le cas pour tout le monde car je connais quelqu'un qui du dilaudid (Est-ce bien le bon nom?) depuis des années et il ne semble pas avoir augmenté la dose du début ou peu. Évidemment, il est dépendant à ça mais ça lui permet de fonctionner normalement, ce qu'il ne pourrait faire sans le médoc.

____________

Tant qu'il n'y a aucune surconsommation, c'est parfait parce que ce n'est pas mieux de vivre avec la douleur. Le dilaudid est un narcotique plus qu'un analgésique, et c'est opioïde puissant ( un hydromorphone et c'est un dérivé semi-synthétique de la morphine ). Néanmoins, en-bas de 5mg par posologie, le danger est moindre et agit efficacement, en autant que c'est suivi et que la posologie ne dépasse pas le 5mg. Normalement, ce médicament est prescrit après une intervention chirurgicale, pour mieux faire dormir le patient fraîchement sorti de la salle d'op. J'en ai eu pour 2 mois et après une semaine, j'ai cessé la prise parce que le sevrage est très difficile à faire.

J'en ai eu moi aussi après mon opération au dos. Je devais en prendre 2 fois 2 mg par jour mais je prenais juste 1 mg par jour et j'ai pris ça juste une semaine. On m'avait aussi prescrit avec ça 400 mg de célebrex par jour mais J'en prenais juste 200 mg tard en soirée avec des biscottes ou biscuits soda pour protéger mon estomac. Après une semaine, je prenais juste du célebrex 100 mg, 1 fois par jour en soirée tard. Dans mon cas, le célebrex était beaucoup plus efficace que le dilaudid. L'ami en question prend 1 mg à 3 mg de dilaudid par jour selon ses douleurs. Il semble bien fonctionner avec ça depuis des années.

Fil RSS du sujet
powered by my little forum