Avatar

La vie des maitres (Forum)

par mathilda @, mardi 24 décembre 2019, 02:57 (il y a 30 jours)

https://www.livresatelecharger.ca/book/vie-des-maitres-la/

je l avais mais quand j ai fait le ménage dans mes livres
je l ai donné a une librairie dans mon bout qui vends des livres usagé
j en ai donne plus de 50
mes enfants ne lisent pas ça
vont servir a d autres espérons

Avatar

La vie des maitres

par Dédé ⌂ @, mardi 24 décembre 2019, 11:09 (il y a 30 jours) @ mathilda

Cool ! :like:

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Avatar

La vie des maitres

par Ammabaoth @, mardi 24 décembre 2019, 21:48 (il y a 29 jours) @ mathilda

Good d'job buddy.
Je regrette some of my best book.

Avatar

La vie des maitres l histoire

par mathilda @, mardi 24 décembre 2019, 23:40 (il y a 29 jours) @ Ammabaoth

L'histoire

Le 22 décembre 1894, onze scientifiques américains se réunissent à Potal, petit village de l'Inde.
Sceptiques par nature, ils n'acceptent aucune vérité a priori, mais certains phénomènes religieux les intriguent.
Ils décident de vérifier de leurs yeux les prodiges accomplis par les maîtres orientaux.

Car en Inde, au Tibet et au Népal existent des hommes aux facultés étonnantes qui communiquent à distance, voyagent par lévitation et guérissent les infirmes.
Les savants découvrent, peu à peu fascinés, des lois physiques et psychiques encore inconnues : grâce à une ascèse aux règles bien établies, l'esprit devient capable de maîtriser la matière, et même de quitter son enveloppe charnelle.

Au contact de cette hiérarchie invisible des maîtres de sagesse, ils commencent un itinéraire spirituel qui va les mener à la découverte de leur Moi profond, intemporel et éternel.

L'auteur, Baird T. Spalding, mentionne qu'il fait partie d'un groupe de « onze hommes de science avertis » qui aurait mené des « recherches métaphysiques » dans le désert de Gobi, mais aucune preuve n'étaye ses affirmations. La Vie des Maîtres serait le récit de son expédition en Inde, au Tibet, en Chine et en Perse.

Selon l'éditeur Robert Laffont, ce livre a été diffusé à des millions d'exemplaires dans le monde anglo-saxon.
La Vie des maîtres a été ensuite traduite par un polytechnicien, Jacques Weiss, sous le pseudonyme de Louis Colombelle.
Weiss a tenté de prouver que le récit de Baird était soit vrai, soit faux, sans succès9.
En 1986, les éditions Robert Laffont ont décerné un « Livre d’or » à Jacques Weiss pour le cent-millième exemplaire vendu.

La vie des maitres l histoire

par Vulcain @, mercredi 25 décembre 2019, 00:42 (il y a 29 jours) @ mathilda

L'histoire

Le 22 décembre 1894, onze scientifiques américains se réunissent à Potal, petit village de l'Inde.
Sceptiques par nature, ils n'acceptent aucune vérité a priori, mais certains phénomènes religieux les intriguent.
Ils décident de vérifier de leurs yeux les prodiges accomplis par les maîtres orientaux.

Car en Inde, au Tibet et au Népal existent des hommes aux facultés étonnantes qui communiquent à distance, voyagent par lévitation et guérissent les infirmes.
Les savants découvrent, peu à peu fascinés, des lois physiques et psychiques encore inconnues : grâce à une ascèse aux règles bien établies, l'esprit devient capable de maîtriser la matière, et même de quitter son enveloppe charnelle.

Au contact de cette hiérarchie invisible des maîtres de sagesse, ils commencent un itinéraire spirituel qui va les mener à la découverte de leur Moi profond, intemporel et éternel.

L'auteur, Baird T. Spalding, mentionne qu'il fait partie d'un groupe de « onze hommes de science avertis » qui aurait mené des « recherches métaphysiques » dans le désert de Gobi, mais aucune preuve n'étaye ses affirmations. La Vie des Maîtres serait le récit de son expédition en Inde, au Tibet, en Chine et en Perse.

Selon l'éditeur Robert Laffont, ce livre a été diffusé à des millions d'exemplaires dans le monde anglo-saxon.
La Vie des maîtres a été ensuite traduite par un polytechnicien, Jacques Weiss, sous le pseudonyme de Louis Colombelle.
Weiss a tenté de prouver que le récit de Baird était soit vrai, soit faux, sans succès9.
En 1986, les éditions Robert Laffont ont décerné un « Livre d’or » à Jacques Weiss pour le cent-millième exemplaire vendu.

L'ancêtre des fakes news modernes ?

Avatar

La vie des maitres l histoire

par mathilda @, mercredi 25 décembre 2019, 02:38 (il y a 29 jours) @ Vulcain
édité par mathilda, mercredi 25 décembre 2019, 02:41

un peu comme rampa et le 3e oeil

Lobsang Rampa (pseudonyme complet : Tuesday Lobsang Rampa) est un écrivain qui prétendait être né au Tibet et être devenu de lama médecin à la lamaserie de Chakpori avant de parcourir le monde, puis d'abandonner volontairement son corps de naissance et avoir recours au procédé de transmigration4 pour continuer sa vie dans celui d'un Anglais : Cyril Henry Hoskin, né le 8 avril 1910 à Plympton (Angleterre) et mort le 25 janvier 1981 à Calgary (Canada). Il avait pris le nom de Carl Kuon Suo jusqu'en 1962. Ses ouvrages, en particulier le premier, ont obtenu un important succès populaire et l'auteur est généralement perçu comme l'initiateur d'une « nouvelle littérature spirituelle », sinon du New Age dans son ensemble5.
Des enquêtes conduites en 1958 ayant montré que Cyril Henry Hoskin, fils de plombier, était un installateur d'équipements chirurgicaux (surgical fitter) au chômage et qu'il n'était jamais allé au Tibet ni ne parlait le tibétain, la compréhension sceptique de son récit est qu'il s'agit d'un canular littéraire ou d'une imposture.

La vie des maitres l histoire

par Vulcain @, mercredi 25 décembre 2019, 08:06 (il y a 29 jours) @ mathilda

un peu comme rampa et le 3e oeil

Lobsang Rampa (pseudonyme complet : Tuesday Lobsang Rampa) est un écrivain qui prétendait être né au Tibet et être devenu de lama médecin à la lamaserie de Chakpori avant de parcourir le monde, puis d'abandonner volontairement son corps de naissance et avoir recours au procédé de transmigration4 pour continuer sa vie dans celui d'un Anglais : Cyril Henry Hoskin, né le 8 avril 1910 à Plympton (Angleterre) et mort le 25 janvier 1981 à Calgary (Canada). Il avait pris le nom de Carl Kuon Suo jusqu'en 1962. Ses ouvrages, en particulier le premier, ont obtenu un important succès populaire et l'auteur est généralement perçu comme l'initiateur d'une « nouvelle littérature spirituelle », sinon du New Age dans son ensemble5.
Des enquêtes conduites en 1958 ayant montré que Cyril Henry Hoskin, fils de plombier, était un installateur d'équipements chirurgicaux (surgical fitter) au chômage et qu'il n'était jamais allé au Tibet ni ne parlait le tibétain, la compréhension sceptique de son récit est qu'il s'agit d'un canular littéraire ou d'une imposture.

Oui, j'avais déjà vu la base de cette information il y a de nombreuses années.
Je pense que l'auteur a voulu se donner un genre de légitimité ésotérique, mais que son objectif n'était pas de faire un canular. Je verrais plutôt cela comme un roman qui pourrait cependant être basé sur certaines réalités subtiles, même si l'affaire de la trépanation pour ouvrir le troisième oeil tend à discréditer l'ensemble de l'oeuvre, du moins si on jette le bébé avec l'eau du bain.

Fil RSS du sujet
powered by my little forum