USA: 2 à 13 fois plus d’infections que rapportées. (Forum)

par Blake, mardi 28 juillet 2020, 12:54 (il y a 13 jours)

(Washington) Le nombre réel de personnes infectées par le nouveau coronavirus aux États-Unis était deux à 13 fois supérieur au nombre officiel de cas au printemps, selon des données des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiées mardi, qui confirment que la pandémie est largement nourrie par les personnes sans symptômes.


Les CDC ont testé le sang de banques de sang dans 10 régions des États-Unis entre mars et juin pour y trouver des anticorps à SARS-CoV-2, signes que la personne est entrée auparavant en contact avec le virus, même si elle n’est pas tombée malade.

Ils ont trouvé qu’entre 1 et 5,8 % des habitants de ces régions avaient été contaminés dans cette période, à l’exception de la ville de New York, où la prévalence a atteint 23,2 % de la population au 6 mai, soit un New-Yorkais sur quatre.

Comparés au nombre officiel de cas comptabilisés à ces dates-là, le nombre réel d’infections était deux fois supérieur dans l’Utah, mais dix fois supérieur dans le sud de la Floride fin avril et jusqu’à 13 fois dans l’État plus rural du Missouri fin mai.

Même à New York, épicentre de l’épidémie américaine au printemps, il y avait dix fois plus de gens infectés que le nombre de cas officiel.

Ces études sérologiques (à partir d’une prise de sang) sont menées dans de nombreux pays et permettent aux chercheurs et aux autorités sanitaires de connaître l’avancée du virus dans la population, quelle que soit la disponibilité des tests de dépistage (dans le nez ou la gorge) qui disent aux gens s’ils sont infectés au moment du test.

Au printemps aux États-Unis, il y avait une pénurie de tests, ce qui a contribué à sous-estimer la circulation du virus et la mortalité, et des experts disent que le pays ne teste toujours pas assez.

La conclusion est double : d’une part, des centaines de milliers d’Américains ont le coronavirus sans le savoir et contribuent à le propager ; d’autre part, avec en général de l’ordre de 5 % de la population infectée, le pays était à la fin du printemps encore loin du seuil d’immunité collective.

La prochaine vague des analyses des CDC devrait sans doute voir un bond des infections pour la Floride et d’autres régions du pays qui connaissent depuis juin une flambée épidémique.


https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-07-21/etats-unis-2-a-13-fois-plus...


[image]

[image]

Avatar

USA: 2 à 13 fois plus d’infections que rapportées.

par Dédé ⌂ @, mardi 28 juillet 2020, 14:16 (il y a 13 jours) @ Blake

(Washington) Le nombre réel de personnes infectées par le nouveau coronavirus aux États-Unis était deux à 13 fois supérieur au nombre officiel de cas au printemps, selon des données des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiées mardi, qui confirment que la pandémie est largement nourrie par les personnes sans symptômes.


Les CDC ont testé le sang de banques de sang dans 10 régions des États-Unis entre mars et juin pour y trouver des anticorps à SARS-CoV-2, signes que la personne est entrée auparavant en contact avec le virus, même si elle n’est pas tombée malade.

Ils ont trouvé qu’entre 1 et 5,8 % des habitants de ces régions avaient été contaminés dans cette période, à l’exception de la ville de New York, où la prévalence a atteint 23,2 % de la population au 6 mai, soit un New-Yorkais sur quatre.

Comparés au nombre officiel de cas comptabilisés à ces dates-là, le nombre réel d’infections était deux fois supérieur dans l’Utah, mais dix fois supérieur dans le sud de la Floride fin avril et jusqu’à 13 fois dans l’État plus rural du Missouri fin mai.

Même à New York, épicentre de l’épidémie américaine au printemps, il y avait dix fois plus de gens infectés que le nombre de cas officiel.

Ces études sérologiques (à partir d’une prise de sang) sont menées dans de nombreux pays et permettent aux chercheurs et aux autorités sanitaires de connaître l’avancée du virus dans la population, quelle que soit la disponibilité des tests de dépistage (dans le nez ou la gorge) qui disent aux gens s’ils sont infectés au moment du test.

Au printemps aux États-Unis, il y avait une pénurie de tests, ce qui a contribué à sous-estimer la circulation du virus et la mortalité, et des experts disent que le pays ne teste toujours pas assez.

La conclusion est double : d’une part, des centaines de milliers d’Américains ont le coronavirus sans le savoir et contribuent à le propager ; d’autre part, avec en général de l’ordre de 5 % de la population infectée, le pays était à la fin du printemps encore loin du seuil d’immunité collective.

La prochaine vague des analyses des CDC devrait sans doute voir un bond des infections pour la Floride et d’autres régions du pays qui connaissent depuis juin une flambée épidémique.


https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-07-21/etats-unis-2-a-13-fois-plus...


[image]

[image]

_________________

Intéressante cette analyse. :like:

Personnellement, je me ferai jamais dépister par l'écouvillon, car la dernière fois qu'une infirmière avait tenté de le faire, j'y ai quasiment cassé le poignet lorsque j'ai été hospitalisé pour mon problème d'arythmie cardiaque. Je ne me rappelle plus trop pourquoi ce dépistage mais je savais qu'il y avait un virus qui circulait à cette hôpital.

Un test sérologique, aucun problème. Les gens ont le droit de refuser le dépistage par écouvillon car il y a quand même un danger potentiel par l'inexpérience des personnes qui utilisent ce moyen de dépistage.

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

USA: 2 à 13 fois plus d’infections que rapportées.

par Blake, mardi 28 juillet 2020, 15:37 (il y a 13 jours) @ Dédé

(Washington) Le nombre réel de personnes infectées par le nouveau coronavirus aux États-Unis était deux à 13 fois supérieur au nombre officiel de cas au printemps, selon des données des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiées mardi, qui confirment que la pandémie est largement nourrie par les personnes sans symptômes.


Les CDC ont testé le sang de banques de sang dans 10 régions des États-Unis entre mars et juin pour y trouver des anticorps à SARS-CoV-2, signes que la personne est entrée auparavant en contact avec le virus, même si elle n’est pas tombée malade.

Ils ont trouvé qu’entre 1 et 5,8 % des habitants de ces régions avaient été contaminés dans cette période, à l’exception de la ville de New York, où la prévalence a atteint 23,2 % de la population au 6 mai, soit un New-Yorkais sur quatre.

Comparés au nombre officiel de cas comptabilisés à ces dates-là, le nombre réel d’infections était deux fois supérieur dans l’Utah, mais dix fois supérieur dans le sud de la Floride fin avril et jusqu’à 13 fois dans l’État plus rural du Missouri fin mai.

Même à New York, épicentre de l’épidémie américaine au printemps, il y avait dix fois plus de gens infectés que le nombre de cas officiel.

Ces études sérologiques (à partir d’une prise de sang) sont menées dans de nombreux pays et permettent aux chercheurs et aux autorités sanitaires de connaître l’avancée du virus dans la population, quelle que soit la disponibilité des tests de dépistage (dans le nez ou la gorge) qui disent aux gens s’ils sont infectés au moment du test.

Au printemps aux États-Unis, il y avait une pénurie de tests, ce qui a contribué à sous-estimer la circulation du virus et la mortalité, et des experts disent que le pays ne teste toujours pas assez.

La conclusion est double : d’une part, des centaines de milliers d’Américains ont le coronavirus sans le savoir et contribuent à le propager ; d’autre part, avec en général de l’ordre de 5 % de la population infectée, le pays était à la fin du printemps encore loin du seuil d’immunité collective.

La prochaine vague des analyses des CDC devrait sans doute voir un bond des infections pour la Floride et d’autres régions du pays qui connaissent depuis juin une flambée épidémique.


https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-07-21/etats-unis-2-a-13-fois-plus...


[image]

[image]

_________________

Intéressante cette analyse. :like:

Personnellement, je me ferai jamais dépister par l'écouvillon, car la dernière fois qu'une infirmière avait tenté de le faire, j'y ai quasiment cassé le poignet lorsque j'ai été hospitalisé pour mon problème d'arythmie cardiaque. Je ne me rappelle plus trop pourquoi ce dépistage mais je savais qu'il y avait un virus qui circulait à cette hôpital.

Un test sérologique, aucun problème. Les gens ont le droit de refuser le dépistage par écouvillon car il y a quand même un danger potentiel par l'inexpérience des personnes qui utilisent ce moyen de dépistage.


Oui, c'est assez spécial comme test.

Avatar

USA: 2 à 13 fois plus d’infections que rapportées.

par Dédé ⌂ @, mardi 28 juillet 2020, 16:01 (il y a 13 jours) @ Blake

(Washington) Le nombre réel de personnes infectées par le nouveau coronavirus aux États-Unis était deux à 13 fois supérieur au nombre officiel de cas au printemps, selon des données des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiées mardi, qui confirment que la pandémie est largement nourrie par les personnes sans symptômes.


Les CDC ont testé le sang de banques de sang dans 10 régions des États-Unis entre mars et juin pour y trouver des anticorps à SARS-CoV-2, signes que la personne est entrée auparavant en contact avec le virus, même si elle n’est pas tombée malade.

Ils ont trouvé qu’entre 1 et 5,8 % des habitants de ces régions avaient été contaminés dans cette période, à l’exception de la ville de New York, où la prévalence a atteint 23,2 % de la population au 6 mai, soit un New-Yorkais sur quatre.

Comparés au nombre officiel de cas comptabilisés à ces dates-là, le nombre réel d’infections était deux fois supérieur dans l’Utah, mais dix fois supérieur dans le sud de la Floride fin avril et jusqu’à 13 fois dans l’État plus rural du Missouri fin mai.

Même à New York, épicentre de l’épidémie américaine au printemps, il y avait dix fois plus de gens infectés que le nombre de cas officiel.

Ces études sérologiques (à partir d’une prise de sang) sont menées dans de nombreux pays et permettent aux chercheurs et aux autorités sanitaires de connaître l’avancée du virus dans la population, quelle que soit la disponibilité des tests de dépistage (dans le nez ou la gorge) qui disent aux gens s’ils sont infectés au moment du test.

Au printemps aux États-Unis, il y avait une pénurie de tests, ce qui a contribué à sous-estimer la circulation du virus et la mortalité, et des experts disent que le pays ne teste toujours pas assez.

La conclusion est double : d’une part, des centaines de milliers d’Américains ont le coronavirus sans le savoir et contribuent à le propager ; d’autre part, avec en général de l’ordre de 5 % de la population infectée, le pays était à la fin du printemps encore loin du seuil d’immunité collective.

La prochaine vague des analyses des CDC devrait sans doute voir un bond des infections pour la Floride et d’autres régions du pays qui connaissent depuis juin une flambée épidémique.


https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-07-21/etats-unis-2-a-13-fois-plus...


[image]

[image]

_________________

Intéressante cette analyse. :like:

Personnellement, je me ferai jamais dépister par l'écouvillon, car la dernière fois qu'une infirmière avait tenté de le faire, j'y ai quasiment cassé le poignet lorsque j'ai été hospitalisé pour mon problème d'arythmie cardiaque. Je ne me rappelle plus trop pourquoi ce dépistage mais je savais qu'il y avait un virus qui circulait à cette hôpital.

Un test sérologique, aucun problème. Les gens ont le droit de refuser le dépistage par écouvillon car il y a quand même un danger potentiel par l'inexpérience des personnes qui utilisent ce moyen de dépistage.

Oui, c'est assez spécial comme test.

_________________

Pourquoi utiliser l'écouvillon si une prise de sang prouve la présence d'anticorps qui contre ce coronavirus ?

S'ils veulent me dépister, ça sera par prise de sang et rien d'autre et c'est mon droit. Les gens devraient le savoir que ce droit existe.

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

USA: 2 à 13 fois plus d’infections que rapportées.

par Blake, mardi 28 juillet 2020, 16:40 (il y a 13 jours) @ Dédé

(Washington) Le nombre réel de personnes infectées par le nouveau coronavirus aux États-Unis était deux à 13 fois supérieur au nombre officiel de cas au printemps, selon des données des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiées mardi, qui confirment que la pandémie est largement nourrie par les personnes sans symptômes.


Les CDC ont testé le sang de banques de sang dans 10 régions des États-Unis entre mars et juin pour y trouver des anticorps à SARS-CoV-2, signes que la personne est entrée auparavant en contact avec le virus, même si elle n’est pas tombée malade.

Ils ont trouvé qu’entre 1 et 5,8 % des habitants de ces régions avaient été contaminés dans cette période, à l’exception de la ville de New York, où la prévalence a atteint 23,2 % de la population au 6 mai, soit un New-Yorkais sur quatre.

Comparés au nombre officiel de cas comptabilisés à ces dates-là, le nombre réel d’infections était deux fois supérieur dans l’Utah, mais dix fois supérieur dans le sud de la Floride fin avril et jusqu’à 13 fois dans l’État plus rural du Missouri fin mai.

Même à New York, épicentre de l’épidémie américaine au printemps, il y avait dix fois plus de gens infectés que le nombre de cas officiel.

Ces études sérologiques (à partir d’une prise de sang) sont menées dans de nombreux pays et permettent aux chercheurs et aux autorités sanitaires de connaître l’avancée du virus dans la population, quelle que soit la disponibilité des tests de dépistage (dans le nez ou la gorge) qui disent aux gens s’ils sont infectés au moment du test.

Au printemps aux États-Unis, il y avait une pénurie de tests, ce qui a contribué à sous-estimer la circulation du virus et la mortalité, et des experts disent que le pays ne teste toujours pas assez.

La conclusion est double : d’une part, des centaines de milliers d’Américains ont le coronavirus sans le savoir et contribuent à le propager ; d’autre part, avec en général de l’ordre de 5 % de la population infectée, le pays était à la fin du printemps encore loin du seuil d’immunité collective.

La prochaine vague des analyses des CDC devrait sans doute voir un bond des infections pour la Floride et d’autres régions du pays qui connaissent depuis juin une flambée épidémique.


https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-07-21/etats-unis-2-a-13-fois-plus...


[image]

[image]

_________________

Intéressante cette analyse. :like:

Personnellement, je me ferai jamais dépister par l'écouvillon, car la dernière fois qu'une infirmière avait tenté de le faire, j'y ai quasiment cassé le poignet lorsque j'ai été hospitalisé pour mon problème d'arythmie cardiaque. Je ne me rappelle plus trop pourquoi ce dépistage mais je savais qu'il y avait un virus qui circulait à cette hôpital.

Un test sérologique, aucun problème. Les gens ont le droit de refuser le dépistage par écouvillon car il y a quand même un danger potentiel par l'inexpérience des personnes qui utilisent ce moyen de dépistage.

Oui, c'est assez spécial comme test.

_________________

Pourquoi utiliser l'écouvillon si une prise de sang prouve la présence d'anticorps qui contre ce coronavirus ?

S'ils veulent me dépister, ça sera par prise de sang et rien d'autre et c'est mon droit. Les gens devraient le savoir que ce droit existe.

J'aimerais mieux moi aussi par le sang.

Avatar

USA: 2 à 13 fois plus d’infections que rapportées.

par Dédé ⌂ @, mardi 28 juillet 2020, 17:31 (il y a 13 jours) @ Blake

(Washington) Le nombre réel de personnes infectées par le nouveau coronavirus aux États-Unis était deux à 13 fois supérieur au nombre officiel de cas au printemps, selon des données des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiées mardi, qui confirment que la pandémie est largement nourrie par les personnes sans symptômes.


Les CDC ont testé le sang de banques de sang dans 10 régions des États-Unis entre mars et juin pour y trouver des anticorps à SARS-CoV-2, signes que la personne est entrée auparavant en contact avec le virus, même si elle n’est pas tombée malade.

Ils ont trouvé qu’entre 1 et 5,8 % des habitants de ces régions avaient été contaminés dans cette période, à l’exception de la ville de New York, où la prévalence a atteint 23,2 % de la population au 6 mai, soit un New-Yorkais sur quatre.

Comparés au nombre officiel de cas comptabilisés à ces dates-là, le nombre réel d’infections était deux fois supérieur dans l’Utah, mais dix fois supérieur dans le sud de la Floride fin avril et jusqu’à 13 fois dans l’État plus rural du Missouri fin mai.

Même à New York, épicentre de l’épidémie américaine au printemps, il y avait dix fois plus de gens infectés que le nombre de cas officiel.

Ces études sérologiques (à partir d’une prise de sang) sont menées dans de nombreux pays et permettent aux chercheurs et aux autorités sanitaires de connaître l’avancée du virus dans la population, quelle que soit la disponibilité des tests de dépistage (dans le nez ou la gorge) qui disent aux gens s’ils sont infectés au moment du test.

Au printemps aux États-Unis, il y avait une pénurie de tests, ce qui a contribué à sous-estimer la circulation du virus et la mortalité, et des experts disent que le pays ne teste toujours pas assez.

La conclusion est double : d’une part, des centaines de milliers d’Américains ont le coronavirus sans le savoir et contribuent à le propager ; d’autre part, avec en général de l’ordre de 5 % de la population infectée, le pays était à la fin du printemps encore loin du seuil d’immunité collective.

La prochaine vague des analyses des CDC devrait sans doute voir un bond des infections pour la Floride et d’autres régions du pays qui connaissent depuis juin une flambée épidémique.


https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-07-21/etats-unis-2-a-13-fois-plus...


[image]

[image]

_________________

Intéressante cette analyse. :like:

Personnellement, je me ferai jamais dépister par l'écouvillon, car la dernière fois qu'une infirmière avait tenté de le faire, j'y ai quasiment cassé le poignet lorsque j'ai été hospitalisé pour mon problème d'arythmie cardiaque. Je ne me rappelle plus trop pourquoi ce dépistage mais je savais qu'il y avait un virus qui circulait à cette hôpital.

Un test sérologique, aucun problème. Les gens ont le droit de refuser le dépistage par écouvillon car il y a quand même un danger potentiel par l'inexpérience des personnes qui utilisent ce moyen de dépistage.

Oui, c'est assez spécial comme test.

_________________

Pourquoi utiliser l'écouvillon si une prise de sang prouve la présence d'anticorps qui contre ce coronavirus ?

S'ils veulent me dépister, ça sera par prise de sang et rien d'autre et c'est mon droit. Les gens devraient le savoir que ce droit existe.


J'aimerais mieux moi aussi par le sang.

________________

Ceux et celles qui prennent les échantillons par écouvillon, te diront que c'est plus précis avec ce genre de prélèvement que par la prise de sang. Ce n'est pas vrai parce que si tu as déjà eu un coronavirus grippal, le test peut donner un résultat positif au covid-19 et tu seras considéré comme porteur du virus mais asymptomatique. Pourquoi y-a-t-il autant d'erreur avec ce procédé, c'est que l'écouvillon teste tous les résidus viraux installés dans la gorge et au fond du nez. Au lieu de dire n'importe quoi, tu deviens un porteur de covid-19 asymptomatique.

Ah que c'est constipationniste mon affaire ! :mdr:

Un test sérologique est plus précis car chaque anticorps est différent de chaque attaque virale. C'est la raison que je ne ferai jamais fouiller dans le nez et ni dans la gorge, le danger d'accrocher la parois ganglionnaire est éminent par le nez et cela peut finir par une épiglotitte si le prélèvement est mal fait par la gorge. Il semble que personne soit bien au courant de ces dangers.

D'ailleurs et je ne comprends pas la santé public, c'est prouvé que le test sérologique est plus précis.

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Fil RSS du sujet
powered by my little forum