Avatar

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement (Forum)

par Dédé ⌂ @, mercredi 31 mars 2021, 09:26 (il y a 17 jours)

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Blake, mercredi 31 mars 2021, 18:54 (il y a 17 jours) @ Dédé

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé

C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

Avatar

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Dédé ⌂ @, mercredi 31 mars 2021, 19:48 (il y a 17 jours) @ Blake

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé


C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Blake, mercredi 31 mars 2021, 20:08 (il y a 17 jours) @ Dédé

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé


C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.


J'espère bien car ce qui se passe là, c'est de sa faute en ayant trop confiance aux gens.

Avatar

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Dédé ⌂ @, mercredi 31 mars 2021, 20:33 (il y a 17 jours) @ Blake

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé


C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.

J'espère bien car ce qui se passe là, c'est de sa faute en ayant trop confiance aux gens.

_____________

Ce n'est pas de la nôtre entouécas ! :charlemagne:

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Blake, mercredi 31 mars 2021, 20:58 (il y a 17 jours) @ Dédé

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé


C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.

J'espère bien car ce qui se passe là, c'est de sa faute en ayant trop confiance aux gens.

_____________

Ce n'est pas de la nôtre entouécas ! :charlemagne:


Nous sommes la majorité qui respectent les mesures et on paie pour les crottés de CONSpis.

Avatar

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Dédé ⌂ @, mercredi 31 mars 2021, 21:09 (il y a 17 jours) @ Blake

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé


C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.

J'espère bien car ce qui se passe là, c'est de sa faute en ayant trop confiance aux gens.

_____________

Ce n'est pas de la nôtre entouécas ! :charlemagne:

Nous sommes la majorité qui respectent les mesures et on paie pour les crottés de CONSpis.

_____________

C'est exactement le point fort de la pandémie, les récalcitrants conspis.

Les crisses ! :enrage:

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Blake, mercredi 31 mars 2021, 21:13 (il y a 17 jours) @ Dédé

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé


C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.

J'espère bien car ce qui se passe là, c'est de sa faute en ayant trop confiance aux gens.

_____________

Ce n'est pas de la nôtre entouécas ! :charlemagne:

Nous sommes la majorité qui respectent les mesures et on paie pour les crottés de CONSpis.

_____________

C'est exactement le point fort de la pandémie, les récalcitrants conspis.

Les crisses ! :enrage:


Tout est là. Si les autorités avaient été plus sévères avec ces débiles, on en serait pas là.

:enrage:

Avatar

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Dédé ⌂ @, mercredi 31 mars 2021, 21:26 (il y a 17 jours) @ Blake

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé


C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.

J'espère bien car ce qui se passe là, c'est de sa faute en ayant trop confiance aux gens.

_____________

Ce n'est pas de la nôtre entouécas ! :charlemagne:

Nous sommes la majorité qui respectent les mesures et on paie pour les crottés de CONSpis.

_____________

C'est exactement le point fort de la pandémie, les récalcitrants conspis.

Les crisses ! :enrage:

Tout est là. Si les autorités avaient été plus sévères avec ces débiles, on en serait pas là.

:enrage:

____________________

Il y a au moins tout près de 25% des gens récalcitrants. C'est beaucoup !

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Blake, mercredi 31 mars 2021, 21:37 (il y a 17 jours) @ Dédé

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé


C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.

J'espère bien car ce qui se passe là, c'est de sa faute en ayant trop confiance aux gens.

_____________

Ce n'est pas de la nôtre entouécas ! :charlemagne:

Nous sommes la majorité qui respectent les mesures et on paie pour les crottés de CONSpis.

_____________

C'est exactement le point fort de la pandémie, les récalcitrants conspis.

Les crisses ! :enrage:

Tout est là. Si les autorités avaient été plus sévères avec ces débiles, on en serait pas là.

:enrage:

____________________

Il y a au moins tout près de 25% des gens récalcitrants. C'est beaucoup !


Je dirais plus 15% mais possible que ce soit plus.

Avatar

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Dédé ⌂ @, mercredi 31 mars 2021, 21:42 (il y a 17 jours) @ Blake

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé


C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.

J'espère bien car ce qui se passe là, c'est de sa faute en ayant trop confiance aux gens.

_____________

Ce n'est pas de la nôtre entouécas ! :charlemagne:

Nous sommes la majorité qui respectent les mesures et on paie pour les crottés de CONSpis.

_____________

C'est exactement le point fort de la pandémie, les récalcitrants conspis.

Les crisses ! :enrage:

Tout est là. Si les autorités avaient été plus sévères avec ces débiles, on en serait pas là.

:enrage:

____________________

Il y a au moins tout près de 25% des gens récalcitrants. C'est beaucoup !

Je dirais plus 15% mais possible que ce soit plus.

_____________

15%, c'est déjà pas mal ! :D

Si le fouet à pépiques pourrait être donné, il y en aurait beaucoup moins à faire les fins finauds ! :evil:

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Blake, mercredi 31 mars 2021, 22:22 (il y a 17 jours) @ Dédé

Source : Le pari du gouvernement est risqué selon des médecins


PIERRE-PAUL BIRON
Mercredi, 31 mars 2021 00:00
MISE À JOUR Mercredi, 31 mars 2021 00:00

L’ombre de la troisième vague inquiète dans les hôpitaux de la province, même s’il est encore trop tôt pour mesurer les impacts de la hausse récente des cas. « Si on regarde ce qui se passe chez nos voisins, c’est sûr qu’en faisant les mêmes erreurs, on va avoir les mêmes résultats », craint un intensiviste de Québec.

La situation actuelle en Europe et en Ontario laisse craindre le pire à des médecins consultés par Le Journal.

Le Dr François Leblanc, intensiviste à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, est inquiet de ce qui les attend, ses collègues soignants et lui.

«L’inquiétude, c’est de voir ce qui se passe ailleurs et de constater qu’aucune précaution n’est prise par le gouvernement pour atténuer ce qui s’est passé en Ontario, par exemple. On fait juste la même erreur», déplore le Dr François Leblanc.

«On va attendre la vague. Et la vague s’en vient», ajoute-t-il, résigné. «On va y faire face. [...] On n’a pas le choix.»

Un choix préoccupant

Aux dires du directeur national de santé publique Horacio Arruda, le gouvernement a fait le choix d’accepter une hausse du nombre de cas pour éviter que la population ne jette l’éponge quant au respect des mesures sanitaires.

Écoutez le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr.Mathieu Simon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un tel pari comporte toutefois des risques qui ne plaisent pas aux gens du réseau. On y entrevoit des hospitalisations et des décès dans les prochaines semaines.

«C’est sûr que ça nous inquiète parce que si ça continue comme ça, on pourrait se retrouver comme en janvier, et ça n’intéresse personne», analyse le Dr Germain Poirier, président de la Société des intensivistes du Québec et chef des soins intensifs à l’Hôpital Charles-Le Moyne de Longueuil.

Dans la dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés sur son unité «a presque triplé». «On voit certains signes», admet-il.

Son collègue, François Leblanc, va toutefois encore plus loin.

« J’ai de la misère à comprendre ce changement de ton de la Santé publique. Je perçois un fatalisme de leur part. [...] Ce que je comprends du Dr Arruda, c’est qu’on sait qu’il y aura des décès, mais qu’on est prêt à l’accepter. C’est plus facile à dire de son poste qu’au chevet d’un malade », laisse tomber le médecin.

Penser aux soignants

Avec des nouveaux variants plus contagieux, les médecins craignent aussi les impacts sur le personnel soignant, déjà épuisé.

«Si ça se propage, ça va entraîner des gens qui vont rester à la maison avec leurs enfants ou parce qu’ils ont été en contact avec un cas positif. Ce sont des choses qu’il faudra voir. Comment ça va se répercuter sur l’effectif soignant», questionne le Dr Germain Poirier.

«Ça peut peser énormément lourd sur le système de santé.»

Respecter les mesures

Pour éviter un tel scénario, les Québécois devront respecter les mesures, implorent les spécialistes.

«Un paquet de groupes font fi de la réalité des soignants sur le terrain. Certains vont maintenir les mesures, mais si ce n’est pas tout le monde qui le fait [il y a un risque]», soutient le Dr Leblanc.

«On n’a pas un grand esprit collectif», constate-t-il à regret, après un an de pandémie.
________________

C'est justement à eux que je pensais hier concernant le choix de notre gouvernement d'attendre la 3ième vague plutôt d'envisager de resserrer les mesures sanitaires. Comme l'écrit un médecin, M. Arruda ne semble pas trop s'inquiéter du chiffrier des décès, il devrait peut-être voir comment ça se passe avec monsieur et madame Toutlemonde lorsqu'un décès survient à cause de la covid-19 !

Cette 3ième vague semble nous montrer que les variants de la covid-19 qui devrait peut-être obtenir une nouvelle appellation de covid-21, soient en avance partout ailleurs en devenant la principale cause d'une hyper-contamination très rapide. Là, ce ne sont plus les personnes âgés de 65 ans te plus qui se retrouvent uniquement en soins intensifs, ce sont maintenant des gens de moins de 65 ans. Évidemment, l'autre groupe d'âge sont pour la plupart, vaccinés. Serait-ce pour cette raison que le gouvernement challenge la situation pour ne pas déplaire le patronat et l'économie ?

Dédé

C'est assez évident. Là, Legault referme un peu certaines régions mais il parle de 10 jours. C'est ridicule le 10 jours. Voyons! Il faut fermer minimum un mois.

_______________

Il veut se donner une flexibilité pour gérer la situation en donnant des blocs de 10 jours. Il va sans doute s'apercevoir que ce variant ne blague pas.

J'espère bien car ce qui se passe là, c'est de sa faute en ayant trop confiance aux gens.

_____________

Ce n'est pas de la nôtre entouécas ! :charlemagne:

Nous sommes la majorité qui respectent les mesures et on paie pour les crottés de CONSpis.

_____________

C'est exactement le point fort de la pandémie, les récalcitrants conspis.

Les crisses ! :enrage:

Tout est là. Si les autorités avaient été plus sévères avec ces débiles, on en serait pas là.

:enrage:

____________________

Il y a au moins tout près de 25% des gens récalcitrants. C'est beaucoup !

Je dirais plus 15% mais possible que ce soit plus.

_____________

15%, c'est déjà pas mal ! :D

Si le fouet à pépiques pourrait être donné, il y en aurait beaucoup moins à faire les fins finauds ! :evil:


Selon les rumeurs, il semblerait que c'est toi qui détient ce fouet mais que tu le gardes caché par pitié pour eux.

:D

Avatar

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Dédé ⌂ @, jeudi 01 avril 2021, 02:11 (il y a 17 jours) @ Blake

Je dirais plus 15% mais possible que ce soit plus.

_____________

15%, c'est déjà pas mal ! :D

Si le fouet à pépiques pourrait être donné, il y en aurait beaucoup moins à faire les fins finauds ! :evil:

Selon les rumeurs, il semblerait que c'est toi qui détient ce fouet mais que tu le gardes caché par pitié pour eux.

:D

____________________

Si je le sors, je me retrouve avec un job à temps plein et même, je devrai me faire greffer des bras tellement qu'il y en a des têtes dures ! :mdr:

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Des intensivistes s’inquiètent du déconfinement

par Blake, jeudi 01 avril 2021, 18:54 (il y a 16 jours) @ Dédé

Je dirais plus 15% mais possible que ce soit plus.

_____________

15%, c'est déjà pas mal ! :D

Si le fouet à pépiques pourrait être donné, il y en aurait beaucoup moins à faire les fins finauds ! :evil:

Selon les rumeurs, il semblerait que c'est toi qui détient ce fouet mais que tu le gardes caché par pitié pour eux.

:D

____________________

Si je le sors, je me retrouve avec un job à temps plein et même, je devrai me faire greffer des bras tellement qu'il y en a des têtes dures ! :mdr:


Tu vas avoir de l'ouvrage en crisse, surtout dans la ville de Québec.

:mdr:

Fil RSS du sujet
powered by my little forum