Un microbiologiste parle du vaccin ARN (Forum)

par Blake, jeudi 07 octobre 2021, 01:37 (il y a 16 jours)

Je vais dans les prochains jours tenter de démystifier certaines croyances sur les vaccins. Ça fait suite à quelques inquiétudes compréhensibles.
Une des inquiétudes qui revient régulièrement dans mes communications est l'effet à long terme (5 à 10 ans) des vaccins ARNm. Pourquoi les vaccins ARNm plus que les autres suscitent de la méfiance sur le très long terme?
La source de la crainte vient principalement de la croyance tenace que les vaccins ARNm modifient l'ADN et le code génétique. Ce qui est faux et n’a pas de base scientifique.
Déboulonnons un mythe: l'ARNm des vaccins ne se rend pas dans le noyau où se trouve l'ADN de vos cellules. La membrane du noyau le protège contre les introductions de cette nature. Et même si l’ARNm pouvait se rendre dans le noyau, il faudrait qu’il soit transformé en ADN et qu’il s’intègre : ce n’est pas une mince tâche! Pour que ça se fasse, ça prend toute une machinerie que seuls certains virus (rétrovirus) possèdent. Non seulement les coronavirus (qui ne sont pas des rétrovirus) n’ont pas cette machinerie, mais les vaccins ARNm ne sont pas des virus : ce sont des instructions. Vos cellules produisent naturellement des ARNm pour produire vos propres protéines. C’est essentiellement ce que font les vaccins Pfizer et Moderna. Aucune possibilité de modification de votre code génétique.
L'ARNm est une molécule fragile (c’est une des raisons pour lesquelles ces vaccins sont conservés à basse température et que l’ARNm doit être protégé dans un petit sac). L’ARNm reste à l'extérieur du noyau et est assez rapidement dégradé. Les études sur les vaccins ARNm ont permis de suivre le devenir de l'ARNm des vaccins dans le corps. La plus grande partie reste dans le muscle de l'épaule, le reste est retrouvé dans les ganglions où la réponse immunitaire s'élabore.
Il ne reste à peu près plus d'ARNm après 2-3 jours suivant les études en histologie. Le seul souvenir durable qu'il y avait de l'ARNm des vaccins est la production d'anticorps. Après la disparition de l'ARNm on se retrouve essentiellement avec le résultat des vaccins "classiques" des protéines et la production des anticorps. Peu de temps après la vaccination non seulement l’ARNm disparait pour toujours, mais les protéines produites elles aussi sont éliminées par divers mécanismes naturels.
Pour tous les vaccins connus depuis longtemps, les effets secondaires surviennent habituellement dans les premiers jours ou, plus rarement, quelques semaines. Nous n’avons jamais eu connaissance d’effets apparaissant des années plus tard. Les études sur vaccins ARNm ne sont vraiment pas une nouveauté: vaccin Zyka, influenza, rage etc. et les tests sur certains cancers. Nous avons un recul de plus de 10 ans avec les vaccins ARNm en situation clinique appuyé par des centaines de publications étudiants tous les aspects de ces vaccins. Si des effets secondaires très tardifs avaient été enregistrés on le saurait depuis ce temps.
Pour ces raisons, il n'y a aucune raison de penser que les vaccins COVID vont échapper à ce qu'on connait des vaccins en général et de ceux à base d'ARNm en particulier.
Prochaine capsule: les vaccins ont-ils été développés trop rapidement?
Portez-vous bien!
Jean Barbeau
microbiologiste
Responsable de la prévention et du contrôle des infections
FMD, Université de Montréal

https://www.facebook.com/lescomplotistesquebecois

Avatar

Un microbiologiste parle du vaccin ARN

par Dédé ⌂ @, jeudi 07 octobre 2021, 09:07 (il y a 16 jours) @ Blake

Je vais dans les prochains jours tenter de démystifier certaines croyances sur les vaccins. Ça fait suite à quelques inquiétudes compréhensibles.
Une des inquiétudes qui revient régulièrement dans mes communications est l'effet à long terme (5 à 10 ans) des vaccins ARNm. Pourquoi les vaccins ARNm plus que les autres suscitent de la méfiance sur le très long terme?
La source de la crainte vient principalement de la croyance tenace que les vaccins ARNm modifient l'ADN et le code génétique. Ce qui est faux et n’a pas de base scientifique.
Déboulonnons un mythe: l'ARNm des vaccins ne se rend pas dans le noyau où se trouve l'ADN de vos cellules. La membrane du noyau le protège contre les introductions de cette nature. Et même si l’ARNm pouvait se rendre dans le noyau, il faudrait qu’il soit transformé en ADN et qu’il s’intègre : ce n’est pas une mince tâche! Pour que ça se fasse, ça prend toute une machinerie que seuls certains virus (rétrovirus) possèdent. Non seulement les coronavirus (qui ne sont pas des rétrovirus) n’ont pas cette machinerie, mais les vaccins ARNm ne sont pas des virus : ce sont des instructions. Vos cellules produisent naturellement des ARNm pour produire vos propres protéines. C’est essentiellement ce que font les vaccins Pfizer et Moderna. Aucune possibilité de modification de votre code génétique.
L'ARNm est une molécule fragile (c’est une des raisons pour lesquelles ces vaccins sont conservés à basse température et que l’ARNm doit être protégé dans un petit sac). L’ARNm reste à l'extérieur du noyau et est assez rapidement dégradé. Les études sur les vaccins ARNm ont permis de suivre le devenir de l'ARNm des vaccins dans le corps. La plus grande partie reste dans le muscle de l'épaule, le reste est retrouvé dans les ganglions où la réponse immunitaire s'élabore.
Il ne reste à peu près plus d'ARNm après 2-3 jours suivant les études en histologie. Le seul souvenir durable qu'il y avait de l'ARNm des vaccins est la production d'anticorps. Après la disparition de l'ARNm on se retrouve essentiellement avec le résultat des vaccins "classiques" des protéines et la production des anticorps. Peu de temps après la vaccination non seulement l’ARNm disparait pour toujours, mais les protéines produites elles aussi sont éliminées par divers mécanismes naturels.
Pour tous les vaccins connus depuis longtemps, les effets secondaires surviennent habituellement dans les premiers jours ou, plus rarement, quelques semaines. Nous n’avons jamais eu connaissance d’effets apparaissant des années plus tard. Les études sur vaccins ARNm ne sont vraiment pas une nouveauté: vaccin Zyka, influenza, rage etc. et les tests sur certains cancers. Nous avons un recul de plus de 10 ans avec les vaccins ARNm en situation clinique appuyé par des centaines de publications étudiants tous les aspects de ces vaccins. Si des effets secondaires très tardifs avaient été enregistrés on le saurait depuis ce temps.
Pour ces raisons, il n'y a aucune raison de penser que les vaccins COVID vont échapper à ce qu'on connait des vaccins en général et de ceux à base d'ARNm en particulier.
Prochaine capsule: les vaccins ont-ils été développés trop rapidement?
Portez-vous bien!
Jean Barbeau
microbiologiste
Responsable de la prévention et du contrôle des infections
FMD, Université de Montréal

https://www.facebook.com/lescomplotistesquebecois

________________

J'avais vulgarisé ce procédé des vaccins ARNm lorsque Pifzer a eu l'autorisation de mettre en marché ce vaccin. Quel poids pouvais-je obtenir de la part des gens en général, moi le petit scientifique de cave ? :mdr:

Je suis vacciné complètement par l'AstraZeneca, un vaccin-vecteur comme plusieurs parmi la panoplie des vaccins circulant par Big Pharma. J'avais choisi ce vaccin pour la raison que mon système immunitaire est à son maximum de performance. D'ailleurs, les réponses des inoculations ont été très rapides, et j'ai dû suivre de près cette évolution à cause de mon problème de la glande thyroïde ( maladie de Graves ) afin de prévenir l'état de choc qui pouvait se produire par l'hyperthermie élevée. Évidemment, la maladie de Graves est encore présente mais j'ai eu droit à un rétablissement complet grâce au spécialiste à ce domaine ici à Granby qui a réussi à réduire la glande sans pour autant prendre de la médication par la suite. Et avec la rectification coronarienne durant le triple pontage qui causait l'arythmie cardiaque, l'ARNm aurait pu me causer une myocardite aussi minime soit-il puisque j'ai fait antérieurement un infarctus du myocarde.

Je me porte très bien et si je dois recevoir une troisième dose, je choisirai le même vaccin que j'ai reçu. En novembre prochain, je recevrai le vaccin contre l'influenza.

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Un microbiologiste parle du vaccin ARN

par Blake, jeudi 07 octobre 2021, 18:56 (il y a 16 jours) @ Dédé

Je vais dans les prochains jours tenter de démystifier certaines croyances sur les vaccins. Ça fait suite à quelques inquiétudes compréhensibles.
Une des inquiétudes qui revient régulièrement dans mes communications est l'effet à long terme (5 à 10 ans) des vaccins ARNm. Pourquoi les vaccins ARNm plus que les autres suscitent de la méfiance sur le très long terme?
La source de la crainte vient principalement de la croyance tenace que les vaccins ARNm modifient l'ADN et le code génétique. Ce qui est faux et n’a pas de base scientifique.
Déboulonnons un mythe: l'ARNm des vaccins ne se rend pas dans le noyau où se trouve l'ADN de vos cellules. La membrane du noyau le protège contre les introductions de cette nature. Et même si l’ARNm pouvait se rendre dans le noyau, il faudrait qu’il soit transformé en ADN et qu’il s’intègre : ce n’est pas une mince tâche! Pour que ça se fasse, ça prend toute une machinerie que seuls certains virus (rétrovirus) possèdent. Non seulement les coronavirus (qui ne sont pas des rétrovirus) n’ont pas cette machinerie, mais les vaccins ARNm ne sont pas des virus : ce sont des instructions. Vos cellules produisent naturellement des ARNm pour produire vos propres protéines. C’est essentiellement ce que font les vaccins Pfizer et Moderna. Aucune possibilité de modification de votre code génétique.
L'ARNm est une molécule fragile (c’est une des raisons pour lesquelles ces vaccins sont conservés à basse température et que l’ARNm doit être protégé dans un petit sac). L’ARNm reste à l'extérieur du noyau et est assez rapidement dégradé. Les études sur les vaccins ARNm ont permis de suivre le devenir de l'ARNm des vaccins dans le corps. La plus grande partie reste dans le muscle de l'épaule, le reste est retrouvé dans les ganglions où la réponse immunitaire s'élabore.
Il ne reste à peu près plus d'ARNm après 2-3 jours suivant les études en histologie. Le seul souvenir durable qu'il y avait de l'ARNm des vaccins est la production d'anticorps. Après la disparition de l'ARNm on se retrouve essentiellement avec le résultat des vaccins "classiques" des protéines et la production des anticorps. Peu de temps après la vaccination non seulement l’ARNm disparait pour toujours, mais les protéines produites elles aussi sont éliminées par divers mécanismes naturels.
Pour tous les vaccins connus depuis longtemps, les effets secondaires surviennent habituellement dans les premiers jours ou, plus rarement, quelques semaines. Nous n’avons jamais eu connaissance d’effets apparaissant des années plus tard. Les études sur vaccins ARNm ne sont vraiment pas une nouveauté: vaccin Zyka, influenza, rage etc. et les tests sur certains cancers. Nous avons un recul de plus de 10 ans avec les vaccins ARNm en situation clinique appuyé par des centaines de publications étudiants tous les aspects de ces vaccins. Si des effets secondaires très tardifs avaient été enregistrés on le saurait depuis ce temps.
Pour ces raisons, il n'y a aucune raison de penser que les vaccins COVID vont échapper à ce qu'on connait des vaccins en général et de ceux à base d'ARNm en particulier.
Prochaine capsule: les vaccins ont-ils été développés trop rapidement?
Portez-vous bien!
Jean Barbeau
microbiologiste
Responsable de la prévention et du contrôle des infections
FMD, Université de Montréal

https://www.facebook.com/lescomplotistesquebecois

________________

J'avais vulgarisé ce procédé des vaccins ARNm lorsque Pifzer a eu l'autorisation de mettre en marché ce vaccin. Quel poids pouvais-je obtenir de la part des gens en général, moi le petit scientifique de cave ? :mdr:

Je suis vacciné complètement par l'AstraZeneca, un vaccin-vecteur comme plusieurs parmi la panoplie des vaccins circulant par Big Pharma. J'avais choisi ce vaccin pour la raison que mon système immunitaire est à son maximum de performance. D'ailleurs, les réponses des inoculations ont été très rapides, et j'ai dû suivre de près cette évolution à cause de mon problème de la glande thyroïde ( maladie de Graves ) afin de prévenir l'état de choc qui pouvait se produire par l'hyperthermie élevée. Évidemment, la maladie de Graves est encore présente mais j'ai eu droit à un rétablissement complet grâce au spécialiste à ce domaine ici à Granby qui a réussi à réduire la glande sans pour autant prendre de la médication par la suite. Et avec la rectification coronarienne durant le triple pontage qui causait l'arythmie cardiaque, l'ARNm aurait pu me causer une myocardite aussi minime soit-il puisque j'ai fait antérieurement un infarctus du myocarde.

Je me porte très bien et si je dois recevoir une troisième dose, je choisirai le même vaccin que j'ai reçu. En novembre prochain, je recevrai le vaccin contre l'influenza.

L'Astra est un vaccin conventionnel qui a fait ses preuves. Moi, j'ai eu un mix. Astra et Pfizer.

Avatar

Un microbiologiste parle du vaccin ARN

par Dédé ⌂ @, vendredi 08 octobre 2021, 08:30 (il y a 15 jours) @ Blake

L'Astra est un vaccin conventionnel qui a fait ses preuves. Moi, j'ai eu un mix. Astra et Pfizer.

________________

Est-ce que tu as reçu une réponse immunitaire sur ces deux vaccins ?

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Un microbiologiste parle du vaccin ARN

par Blake, vendredi 08 octobre 2021, 11:55 (il y a 15 jours) @ Dédé

L'Astra est un vaccin conventionnel qui a fait ses preuves. Moi, j'ai eu un mix. Astra et Pfizer.

________________

Est-ce que tu as reçu une réponse immunitaire sur ces deux vaccins ?

Oui.

Fil RSS du sujet
powered by my little forum