Avatar

Un ex-maire se présente à une municipalité voisine ! (Forum)

par Dédé ⌂ @, samedi 09 octobre 2021, 12:02 (il y a 13 jours)

Source : L’ex-maire poursuivi se présente dans la ville d’à côté


SARAH-MAUDE LEFEBVRE
Samedi, 9 octobre 2021 00:00
MISE À JOUR Samedi, 9 octobre 2021 00:00

Persona non grata dans son ancienne ville qui le poursuit pour plus de 100 000 $, l’ex-maire de Lacolle tente maintenant sa chance dans la petite municipalité voisine, au grand désespoir d’élus locaux.

Distantes d’à peine quelques kilomètres, dans le sud de la Montérégie, les municipalités de Lacolle et de Saint-Bernard-de-Lacolle pourraient avoir bien plus que leur nom en commun si Roland-Luc Béliveau est élu le 7 novembre.

L’ex-maire de Lacolle Roland-Luc Béliveau tente maintenant sa chance dans la municipalité voisine, Saint-Bernard-de-Lacolle.

M. Béliveau est bien connu dans la région : il a fait les manchettes à plusieurs reprises à la suite de son élection à Lacolle en 2013.

Québec avait notamment déposé une requête pour lui faire perdre son titre de maire, alléguant qu’il n’était pas résident de la municipalité de Lacolle, requête qui a été rejetée en 2014. M. Béliveau a été aussi la cible de deux enquêtes en déontologie de la Commission municipale du Québec (CMQ), dont un dossier est toujours en cours (voir ci-contre).

Encore cet été, l’ancien élu, qui avait tenté en vain de se représenter au scrutin de 2017, a fait l’objet d’une poursuite de la municipalité de Lacolle, qui lui réclame 104 000 $ pour les frais d’avocats encourus lorsqu’il était maire pour se défendre devant la CMQ.

À gauche, Robert Duteau, maire de Saint-Bernard-de-Lacolle. À droite, Jacques Lemaistre-Caron, maire de Lacolle.
« On en écope encore »

La nouvelle selon laquelle leur ancien maire tentait maintenant de rafler la mairie de Saint-Bernard-de-Lacolle a suscité l’indignation à l’hôtel de ville de Lacolle au cours des dernières semaines.

Selon le directeur général Jean-Pierre Cayer, la municipalité a encore à ce jour des démêlés avec M. Béliveau et doit chaque année le menacer de mettre certaines de ses propriétés en vente pour non-paiement de taxes.

« Depuis quatre ans, il n’y a pas une semaine ou un mois qu’on ne parle pas d’une problématique qui a rapport avec monsieur. Il a laissé l’administration dans [...] une détresse. Ça a coûté au-dessus de 500 000 $ de frais d’avocat. Il y a eu des personnes qui ont été congédiées pour rien, il y a six directeurs généraux qui sont passés, il y a des personnes qui sont tombées en burn-out », explique le maire Jacques Lemaistre-Caron, qui vient d’être réélu sans opposition à Lacolle.

« Du côté administratif, toutes les affaires ont été faites toutes croche [...] C’est incroyable le trou qu’il a laissé. On en écope encore ».

M. Lemaistre-Caron affirme ne pas comprendre l’inaction de Québec dans ce dossier, d’autant plus que le conseil municipal de Lacolle aurait sollicité l’aide du ministère des Affaires municipales à plusieurs reprises.

« Il [le ministère] savait que c’était non fonctionnel chez nous [...] mais ça a pris l’élection municipale pour le tasser [...] Ça fait aucun sens. Un individu qui a causé autant de torts à une communauté [...] Ça ne devrait pas exister, le droit de se représenter. Autant chez nous qu’ailleurs », affirme le maire.

Le maire sortant étonné

À Saint-Bernard-de-Lacolle, Robert Duteau, qui quitte la vie politique après 16 ans comme maire, cachait mal sa déception lorsque nous l’avons contacté. Il appuie d’ailleurs ouvertement une autre candidate à la mairie.

« Je ne sais pas trop ce qu’il s’en va faire là [...]. Les gens devraient connaître son histoire [...] Ce n’est pas logique », dit-il.

M. Béliveau a refusé notre demande d’entrevue par texto, écrivant qu’il ne pouvait pas « accepter cette publicité gratuite, ce qui ne serait pas acceptable pour [ses] adversaires ». Il a également enjoint la journaliste à « passer à un autre appel ».

[image]

Euuuuh ! Nous autres là, on en veut pas d'un crosseur de poules mortes dans notre ville. :D

Il me semble que tant qu'il y a une poursuite en cours envers une personne, cette dernière ne devrait pas se présenter comme officier municipal. Me semble que ça réglerait bien des conflits et surtout, ça éviterait qu'une municipalité soit lésée par ce genre de personnage qui semble n'avoir rien à foutre des règlements municipaux dans une sphère en particulier. Surtout que cette personne, ne demeure même pas dans cette dite municipalité et qu'elle a une historique douteuse.

C'est à espérer pour cette localité que cet individu ne passe pas les préliminaires. Déjà que ça coûte cher aux contribuables un salaire d'un officier municipal.

Dédé

--
[image]

Cliquer sur le logo pour vous rendre au site

Un ex-maire se présente à une municipalité voisine !

par Blake, samedi 09 octobre 2021, 18:46 (il y a 13 jours) @ Dédé

Source : L’ex-maire poursuivi se présente dans la ville d’à côté


SARAH-MAUDE LEFEBVRE
Samedi, 9 octobre 2021 00:00
MISE À JOUR Samedi, 9 octobre 2021 00:00

Persona non grata dans son ancienne ville qui le poursuit pour plus de 100 000 $, l’ex-maire de Lacolle tente maintenant sa chance dans la petite municipalité voisine, au grand désespoir d’élus locaux.

Distantes d’à peine quelques kilomètres, dans le sud de la Montérégie, les municipalités de Lacolle et de Saint-Bernard-de-Lacolle pourraient avoir bien plus que leur nom en commun si Roland-Luc Béliveau est élu le 7 novembre.

L’ex-maire de Lacolle Roland-Luc Béliveau tente maintenant sa chance dans la municipalité voisine, Saint-Bernard-de-Lacolle.

M. Béliveau est bien connu dans la région : il a fait les manchettes à plusieurs reprises à la suite de son élection à Lacolle en 2013.

Québec avait notamment déposé une requête pour lui faire perdre son titre de maire, alléguant qu’il n’était pas résident de la municipalité de Lacolle, requête qui a été rejetée en 2014. M. Béliveau a été aussi la cible de deux enquêtes en déontologie de la Commission municipale du Québec (CMQ), dont un dossier est toujours en cours (voir ci-contre).

Encore cet été, l’ancien élu, qui avait tenté en vain de se représenter au scrutin de 2017, a fait l’objet d’une poursuite de la municipalité de Lacolle, qui lui réclame 104 000 $ pour les frais d’avocats encourus lorsqu’il était maire pour se défendre devant la CMQ.

À gauche, Robert Duteau, maire de Saint-Bernard-de-Lacolle. À droite, Jacques Lemaistre-Caron, maire de Lacolle.
« On en écope encore »

La nouvelle selon laquelle leur ancien maire tentait maintenant de rafler la mairie de Saint-Bernard-de-Lacolle a suscité l’indignation à l’hôtel de ville de Lacolle au cours des dernières semaines.

Selon le directeur général Jean-Pierre Cayer, la municipalité a encore à ce jour des démêlés avec M. Béliveau et doit chaque année le menacer de mettre certaines de ses propriétés en vente pour non-paiement de taxes.

« Depuis quatre ans, il n’y a pas une semaine ou un mois qu’on ne parle pas d’une problématique qui a rapport avec monsieur. Il a laissé l’administration dans [...] une détresse. Ça a coûté au-dessus de 500 000 $ de frais d’avocat. Il y a eu des personnes qui ont été congédiées pour rien, il y a six directeurs généraux qui sont passés, il y a des personnes qui sont tombées en burn-out », explique le maire Jacques Lemaistre-Caron, qui vient d’être réélu sans opposition à Lacolle.

« Du côté administratif, toutes les affaires ont été faites toutes croche [...] C’est incroyable le trou qu’il a laissé. On en écope encore ».

M. Lemaistre-Caron affirme ne pas comprendre l’inaction de Québec dans ce dossier, d’autant plus que le conseil municipal de Lacolle aurait sollicité l’aide du ministère des Affaires municipales à plusieurs reprises.

« Il [le ministère] savait que c’était non fonctionnel chez nous [...] mais ça a pris l’élection municipale pour le tasser [...] Ça fait aucun sens. Un individu qui a causé autant de torts à une communauté [...] Ça ne devrait pas exister, le droit de se représenter. Autant chez nous qu’ailleurs », affirme le maire.

Le maire sortant étonné

À Saint-Bernard-de-Lacolle, Robert Duteau, qui quitte la vie politique après 16 ans comme maire, cachait mal sa déception lorsque nous l’avons contacté. Il appuie d’ailleurs ouvertement une autre candidate à la mairie.

« Je ne sais pas trop ce qu’il s’en va faire là [...]. Les gens devraient connaître son histoire [...] Ce n’est pas logique », dit-il.

M. Béliveau a refusé notre demande d’entrevue par texto, écrivant qu’il ne pouvait pas « accepter cette publicité gratuite, ce qui ne serait pas acceptable pour [ses] adversaires ». Il a également enjoint la journaliste à « passer à un autre appel ».

[image]

Euuuuh ! Nous autres là, on en veut pas d'un crosseur de poules mortes dans notre ville. :D

Il me semble que tant qu'il y a une poursuite en cours envers une personne, cette dernière ne devrait pas se présenter comme officier municipal. Me semble que ça réglerait bien des conflits et surtout, ça éviterait qu'une municipalité soit lésée par ce genre de personnage qui semble n'avoir rien à foutre des règlements municipaux dans une sphère en particulier. Surtout que cette personne, ne demeure même pas dans cette dite municipalité et qu'elle a une historique douteuse.

C'est à espérer pour cette localité que cet individu ne passe pas les préliminaires. Déjà que ça coûte cher aux contribuables un salaire d'un officier municipal.

Dédé

Bien d'accord.

Fil RSS du sujet
powered by my little forum