Les anti-masques égoïstes de ce monde (Forum)

par Blake, vendredi 11 septembre 2020, 19:17 (il y a 7 jours)

Le premier ministre Legault a été la cible de menaces de mort par les plus illuminés de nos concitoyens, dont on découvre brutalement en 2020 qu’ils existent et qu’ils existent en grand nombre grâce au combo pandémie-médias sociaux.


Ils s’appellent Martin Bédard, Sylvain Proulx, JS Gibson et Dave Huot. Ils y sont allés de commentaires menaçants sous une publication relatant l’inquiétude du PM devant le relâchement des Québécois face au coronavirus.

Évidemment, les trolls, et les trolls violents, sévissent depuis longtemps sur internet. J’en ai connu beaucoup quand je bloguais. Et je me souviens d’avoir pensé un jour que ces imbéciles n’oseraient jamais dire ce qu’ils disaient si on pouvait les identifier, si leurs noms et leurs photos étaient chevillés à leurs pseudonymes…

J’étais sûr que ce genre de débilité ne pouvait exister que sous le couvert de l’anonymat…

Mon Dieu que j’étais dans le champ !

Une décennie plus tard, c’est ce qui est parfaitement consternant dans la violence de menacer quelqu’un de mort sur Facebook : on sait bien souvent qui lance ces menaces. En quelques clics, on voit la photo de la personne, ses photos de famille, ses pensées du jour, ses tentatives de vendre une sécheuse sur son mur Facebook…

À visière levée, ces gens-là disent des horreurs, des trucs d’une violence inouïe. Sans se cacher. Avec un mandat judiciaire, la SQ va les retrouver aussi facilement qu’on trouve un amateur de Joe Dassin dans une soirée de karaoké.

Il y a mille exemples passés d’excités qui ont payé pour des paroles menaçantes. Pas grave : les excités du jour n’ont pas eu le mémo. C’est le triomphe du « J’ai l’doua », où les incultes pensent que la liberté d’expression est la liberté de dire tout sans aucune conséquence…

Même souhaiter une balle perdue, ou une corde, à quelqu’un.

Il y a quelques semaines à peine, un type du nom de Kevin Goyette s’est filmé dans ses interactions avec la police, venue l’arrêter après qu’il eut proféré des menaces contre Justin Trudeau, François Legault et Horacio Arruda. Ce bon Kevin, dans le cadre de porte de son appart, annonce ses couleurs au policier qui cogne chez lui : « C’est moi que vous servez. C’est pour moi que vous travaillez… »

Les études scientifiques sur la pensée conspirationniste en ont fait le constat : elle regroupe principalement des gens moins éduqués et qui vivent de l’exclusion.

Ce sont des gens qui se révèlent dans le mouvement anti-masque, qui ne reconnaissent bien souvent même pas l’existence d’une pandémie, qui croient que la 5G est une vaste entreprise de contrôle des esprits par le « gouvernement mondial » et qui déambulent chez Provigo en se filmant live-sur-Facebook sans masque, convaincus qu’ils sont les Rosa Parks, Andreï Sakharov et Nelson Mandela du XXIe siècle, braves dissidents qui résistent héroïquement à la tyrannie…

Il n’y a aucune façon de dire ça autrement : ce sont des gens peu intelligents, manipulés par d’autres qui en profitent, à coups de dons, de clics payants ou de visibilité.

Tenez, prenez Éric Duhaime. Éric, que je connais de très, très loin, est loin d’être un imbécile. Mais à peine avait-il démissionné de son poste d’animateur au FM93 qu’il se trouvait une vocation, celle de leader d’imbéciles : on l’a vu haranguer la foule d’anti-masques qui s’est récemment rassemblée devant l’Assemblée nationale…

(Je salue en passant Michel Kelly-Gagnon, DG de l’Institut économique de Montréal (IEDM), qui a félicité M. Duhaime sur Twitter. Vous penserez à ça la prochaine fois que vous lirez les savantes épîtres de M. Kelly-Gagnon, que ce soit dans La Presse ou ailleurs. On salue aussi Jonathan Hamel, chercheur de l’IEDM, qui a vanté sur Twitter un groupuscule de désinformateurs qui poursuivent l’État « tyrannique » pour avoir imposé le confinement.)

Le masque m’énerve, moi aussi. Ça pue un peu, ça pique, c’est chaud. Est-ce utile ? Ce le serait, en partie, avec d’autres gestes. En juin, le journal savant The Lancet a publié une analyse systématique et une méta-analyse sur 172 études provenant de 16 pays sur les meilleures façons de se protéger contre des virus (pas seulement le SRAS-CoV-2).

L’étude est tout en nuances, avec des bémols sous forme de « pourrait » et de « suggère ». Mais après analyse de 172 études, l’étude du Lancet donne à penser que la distanciation (1 m, c’est bien ; 2 m, c’est mieux), le masque et les lunettes de protection sont efficaces pour éviter d’être contaminé… Mais pas toujours.

J’ai lu l’étude. C’est gazant pour le non-initié, dont je suis. L’étude est convaincante – 172 études, ajustées – sans être catégorique… À l’image de la connaissance sur ce virus. C’est frustrant, je sais. J’aimerais des réponses claires et limpides, moi aussi.

C’est pourquoi je dis que le masque « serait » utile. C’est la différence entre moi et un anti-masque qui fait des vidéos dans son char, j’imagine : j’accepte l’immense part d’inconnu à laquelle la pandémie nous confronte, avec son lot de zones grises et d’incertitudes…

Je le porte avec zèle parce que je ne veux pas prendre le risque de contaminer quelqu’un par inadvertance.

C’est la différence entre nous, les pro-masques, et les Kevin, Duhaime et autres anti-masques égoïstes de ce monde : une certaine conception de la vie en société.


https://www.lapresse.ca/actualites/2020-09-08/le-masque-et-nous.php


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum