La lutte sans fin des antimasques (Forum)

par Blake, mercredi 21 juillet 2021, 12:48 (il y a 6 jours)

Plus les mesures sanitaires donnent du lousse, plus les discours et les manifestations contre les mesures sanitaires deviennent absurdes. Il faut leur donner : ces personnes sont motivées ! C’est fascinant l’énergie investie dans la publication de milliers de commentaires sur les réseaux sociaux, dans la création de vidéos ou dans les manifestations. Peu importe si leur mobilisation n’a attiré que 20 personnes, tout le monde se donne à fond comme s’ils étaient cinq fois plus.

C’est aussi ironique, puisque plusieurs de ces anti-mesures sanitaires se plaignent lorsque des groupes communautaires ou des mouvements étudiants manifestent dans les rues.

Samedi dernier, à Sherbrooke, un groupe s’est déguisé avec des combinaisons de laboratoire blanches et des masques blancs. Ce déguisement servait à symboliser les « zombies de Legault », c’est-à-dire les personnes qui respectent les mesures sanitaires.

La mise en scène aurait pu avoir du sens si nous étions encore en confinement total. Peut-être. Mais autour des manifestants et manifestantes, la rue était bondée de personnes qui profitaient des terrasses, sans masque, avec des breuvages alcoolisés et un grand sourire.

Le contraste entre ce que ces personnes prétendent comme ambiance sociale et la réelle ambiance dans les rues est assez frappant. Pendant que ces personnes répètent qu’on ne peut plus rien faire, des gens usent des libertés retrouvées pour profiter du beau temps.

En tombant sur un autre vidéo, où deux personnes se font expulser d’une épicerie parce qu’elles refusaient de porter un masque, on voit à quel point ces personnes sont concentrées là-dessus. Le masque est une des dernières mesures encore en place, mais il symbolise, pour ces gens, toutes les restrictions du monde.

On peut maintenant se voir à plusieurs à l’extérieur. On peut même maintenant se voir à plusieurs dans les maisons. On peut être plusieurs bulles dans un restaurant. On peut profiter des terrasses. On peut retourner dans les festivals. La distanciation est passée de deux à un mètre. Les personnes qui ont deux doses peuvent même oublier, entre elles, la distanciation.

Mais on doit encore porter le masque dans certaines occasions et ça, selon les antimasques, c’est comme si nous étions en dictature. C’est comme si porter un masque et être mis dans un donjon était la même affaire.

C’est difficile comprendre comment la lutte pour la liberté peut autant se concentrer sur le masque. Il y a toute une liste de politiques ou discriminations terriblement plus dommageables que le port du masque : les lieux publics inaccessibles aux personnes avec un handicap, les propriétaires qui refusent de louer à des personnes racisées, les personnes qui n’ont pas les moyens d’avoir des soins dentaires, les femmes pénalisées par les congés de maternité, les enfants sans toit dû à la crise du logement. Entre autres.

On pourrait se dire que si la pire entrave de notre vie est devoir porter un masque, c’est qu’on a une vie drôlement facile. Je doute néanmoins que la majorité des gens qui sont contre les mesures sanitaires aient nécessairement des vies faciles. Je soupçonne plutôt une frustration mal dirigée ou une volonté de contrôler ses actions.

Plusieurs personnes se sentent sous pression par la société, en perte de contrôle. Boulot stressant, coût de la vie, problèmes familiaux, solitude, anxiété, une impression de se faire imposer des choix, manque de sens. Il y a une longue liste de trucs étouffants dans notre société.

D’une dictature à l’autre

Ces jours-ci, il y a des manifestations à Cuba. Des milliers de jeunes qui réclament une liberté, mais aussi une qualité de vie. Ils dénoncent le régime autoritaire cubain. « Nous avons faim ! », « Liberté » et « À bas la dictature », crient ces jeunes dans les rues de La Havane. Et toutes ces personnes portent des masques !

Le gouvernement cubain a arrêté 130 personnes tout en niant qu’il y a des manifestations. Des personnalités publiques qui invitent au soulèvement sur YouTube ont été arrêtées. Le gouvernement cubain a interrompu les réseaux cellulaires et internet tout en disant que tout allait bien.

Je trouve ça quelque part grossier de comparer des soulèvements dans des pays autoritaires et les manifestations ici, au Québec, contre une supposée dictature, tellement ça ne se compare pas. Mais ces personnes utilisent tellement les expressions « dictature » et « être pris en otage » que c’est devenu l’éléphant dans la pièce. Ces personnes n’auraient jamais pu manifester aussi souvent devant l’Assemblée nationale, dans les rues de Québec ou de Montréal, sur l’autoroute 20, si le Québec ou le Canada étaient des dictatures.

En fait, elles ont un peu compris que c’est tiré par les cheveux puisqu’elles ont fini par parler de « dictature sanitaire », mais ça reste tout aussi absurde et grossier.

J’imagine que quelque part, dans leurs argumentaires, on prétend que les gouvernements les « tolèrent » pour créer l’illusion d’une société libre. Je ne sais pas. Il y a toujours une explication pour expliquer les arguments qui n’ont pas de sens. Ces gens seraient capables de faire des liens entre le régime autoritaire de la Syrie et la « torture » de porter un masque pour faire son épicerie. « On n’a pu le droit de manger ! » scandait le client expulsé d’une épicerie.

Ça me fait penser à ce tweet du journaliste Jeff Yates, spécialisé dans la vérification des faits et la déconstruction des discours conspirationnistes : « Ça m’épate toujours comment quelqu’un peut créer un vidéo intitulé "ce que les médias ne rapporteront pas", et que sa vidéo, c’est à 80 % des captures d’écran d’articles de journaux. »

Je me demande jusqu’où ces gens vont aller. À partir de quand vont-ils trouver que leur combat n’a plus de sens ? Qu’ils se sont trompés ? Est-ce l’orgueil qui les pousse à continuer ? À ne pas lâcher prise ? Croient-ils être ces héros du cinéma qui se battent envers et contre tous jusqu’à la victoire ?

Le pire, c’est que le jour où le masque ne sera plus obligatoire dans les espaces publics, ce ne sera pas une victoire des antimasques. Ce sera une victoire des mesures sanitaires contre la pandémie.

https://www.lesoleil.com/opinions/la-lutte-sans-fin-des-antimasques-9a86e68258d8c1a3d8f...

[image]


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum